Menu

Nuit Debout, les bonnets rouges ou  les manifestations type #ilestencoretemps. Aujourd’hui les gilets jaunes.

Chaque mouvement de” masse” provoque une récupération/ fascination dans le monde politique. Même si la masse est bien sûr à valoriser : 99,6% des Français n’ont pas participé à la manifestation des gilets jaunes samedi et dimanche. Mais comme à chaque fois qu’un mouvement collectif se lance, une vraie sympathie se manifeste dans l’opinion.

Opinion, politiques, des sympathies pas toujours cohérentes

Nombreux sont les sondés interrogés à exprimer une sympathie pour les gilets jaunes, mouvement lancé sur un mode d’ordre de moins d’impôts sur les carburants fossiles et polluants. Les 5 pétitions les plus signées en ce moment sur change.org sont,  loin devant la question de la misère, celle d’une demande de la baisse du prix des carburants fossiles à la pompe.Et une bonne partie de cette opinion qui les soutient est la même qui demande des efforts radicaux en matière environnementale. Mais qui recule dès la première mesure prise.

Des politiques tout aussi incohérents que nombre de français

On ne saurait blâmer l’opinion quand on voit l’incohérence des politiques français  : La France Insoumise qui propose d’augmenter le gazoil pendant la présidentielle, se défini comme écologiste,  participe au mouvement #ilestencoretemps, se trouve également à soutenir les gilets jaunes par envie de récupération. Fermant les yeux sur certaines dérives du mouvement.

Laurent Wauquiez, qui soutenait un candidat proposant d’augmenter fortement les taxes sur la consommation des français, se pose aussi en soutien du mouvement. EELV, qui a souvent raison en matière de transports, est aux abonnés absents dès que monte la moindre contestation. Quant à la majorité, si elle a raison de pointer la nécessité de la transition écologique, elle gagnerait en cohérence à y consacrer davantage de moyens sur le budget de l’Etat et régulation. Et à éviter certaines mesures déplorables sur l’huile de palme, même si certains deputés de ce camp font aussi d’excellentes choses dans ce domaine. Une huile de palme au passage que nous condamnons tous en tant que citoyens mais que beaucoup défendent en tant que consommateurs de Nutella.

Gilets jaunes : un argument biaisé mais qui s’en soucie hélas ?


Le mouvement des gilets jaunes est diffus certes mais repose tout de même au départ sur la revendication de la voiture individuelle. Qui, contrairement à ce qu’on dit n’est pas utilisée forcément par des rurbains pauvres. Les chiffres sont là : les revenus aisés roulent plus et consomment plus d’essence que les personnes des milieux populaires. Et habitent souvent plus loin de leur lieu de travail que les plus pauvres

Et la plupart des trajets domiciles travail font moins de 5 kilomètres.
 Parmi les Français qui travaillent à moins d’un km de leur domicile, pratiquement six sur dix (58,4 %) se déplacent en voiture.

Le rôle du politique ne doit pas se résumer à la colére

Certains intellectuels ou politiques cherchant à se donner un vernis “peuple” arrivent à y voir l’expression populaire, d’autres y voient un rassemblement de réacs . Ce qui est sûr c’est qu’il y a un sentiment un peu global de déclassement.

Y compris on le voit chez certains des manifestants les plus huppés, pas toujours les derniers quand il s’agit de refuser de contribuer. Mais on a aussi vu des gens modestes, mêlant à cette histoire de carburant un sentiment d’injustice globale,de salaires bas et d’ascenseur social bloqué. Un sentiment d’injustice global qui ne se laissera pas convaincre par des arguments mentionné plus haut. Ou même d’autres, qui expliquent clairement qu’on a besoin de bien moins de temps de travail qu’avant pour acheter de quoi se déplacer sur 100 kilomètres...

En politique la tentation est grande de récupérer une colére médiatisée (et qui bénéficie de la part du Figaro comme de BFMTV de bien plus de bienveillance que quand les syndicats manifestent). Mais le rôle de la politique est aussi de donner un débouché à la vie des gens. Pas juste d’essayer de profiter leur colère.

40 ans après on parle pour la première fois de génocide au Cambodge

➡️Même tout le monde n’est pas de cet avis : “Ce sont des héros de la nation” “on devrait pas les emprisonner” c’est ainsi que d’anciens khmers rouges ont réagi à la peine d’emprisonnement prononcée contre deux anciens responsables de lieux de torture et d’exécution.

➡️40 ans après la fin du régime Khmer rouge, seuls 5 hauts responsables ont été condamnés par un tribunal spécial pourtant richement doté pour faire la lumière sur ce drame terrible qui tué un cambodgien sur 3 et précipité un grand nombre d’entre eux en refuge ailleurs au 4 coins du monde. Mais il est  vrai que la mémoire dans le sens occidental est bien différente aussi de la préoccupation de beaucoup de khmers.

➡️Qualifier l’ensemble du processus de mort des khmers rouges de génocide malgré son ampleur inédite est difficile puisqu’il désigne la volonté de détruire tout un peuple pour ce qu’il est. Mais en voulant éliminer l’ensemble des groupes ne correspondant pas à l’idée que les assassins se faisaient de la nation khmer, la politique de Pol Pot comportait bien un volet génocidaire et c’est ce qui a été reconnu aujourd’hui.

➡️Ceux qui connaissent mes engagements et ma vie savent à quel point, au delà de l’émotion que devrait avoir tout humain sur ce drame, ces questions me sont chéres. Parmi les khmers fuyant l’horreur, certains venus en France parfois dans des conditions difficiles. Enrichissant notre pays de leurs talents. Devenant eux même et leurs fils et leurs filles. pour nous des amis , des proches. Et parfois bien plus….

Depuis que je suis Maire Adjoint à la Culture de Lyon 7e, j’essaye de faire connaitre la question des Canuts de la Guillotière pourtant méconnue. On connait bien mieux celle de leurs fréres de la Croix-Rousse.

Le 7e arrondissement est pourtant le lieu majeur de la seconde révolte des canuts et nombre d’immeubles témoignent de cette histoire.

Alors c’est pour ça cette année que je suis ravi du travail commun entre la Mairie du 7e et  le festival organisé par la Compagnie du Chien Jaune “Novembre des Canuts“.

Cette édition  a pour thème «Mutuellisme : deux siècles de solidarité ». Au programme, de multiples animations, expositions, spectacles, conférences, projections, exploration urbaine, visites théâtralisées, table rondes.

Pour ce qui est du 7e, deux événements demain (détails ci-dessous)

1 une conférence pour savoir si les chauffeurs Uber sont les canuts du 21e siècle en Mairie du 7e

2 Une guinguette place Mazagran

Programme complet de Novembre des Canuts 2018 ici

INTERWIEW réalisée pour La Vie à Lyon 7e

TRIO COSMOS en tournée internationale à la Guillotière !

1. Trio Cosmos est un ensemble de trois chanteuses, Laurine Arcel, Céline Koenig et Emilie Souillot.

Notre spectacle est mis en scène par Olivier Defaÿsse.

Le répertoire, en constante évolution, est le fruit de sources multiples, de recherches et d’improvisations, sans préjugé formel. Les arrangements pour trois voix et percussions corporelles sont principalement inspirés de chants du monde traditionnels (monodiques ou polyphoniques) mais aussi de compositeurs de musique “savante” (Purcell, Brahms, Saint-Saëns, Cage), ou encore de chansons (Gainsbourg…). Sans oublier nos propres compositions !

Le choix drastique du chant a cappella nous donne la liberté de nous affranchir avec jubilation de tout cloisonnement entre les genres, les langues et les styles. De cette mosaïque d’influences naît une réjouissante cohérence centrée sur le jeu, le chant, l’émotion.

2. Le GuillotièreCosmicTour est une tournée de bar et restos du quartier de la Guillotière. 
Chaque soir, nous ré-inventons la mise en scène en fonction du lieu. L’enjeu est très excitant !

L’essentiel est de créer un lien intime et singulier avec l’auditoire, quel que soit le lieu de représentation.

A noter : samedi 17, la soirée à L’Autre Côté du Pont sera… spéciale !
Nous commencerons à 17h04 avec un atelier de Chant pour tous, animé par Emilie. Pendant la pause, entre 19h et 20h30, nous servirons une délicieuse soupe intergalactique bio, agrémentée de quelques grignotages. Puis nous accueillerons plusieurs artistes amis, qui jouerons avec nous à partir de 20h33.

Nous avons choisi la Guillotière, car son caractère “multiculturel” résonne parfaitement avec notre répertoire. Les bars sont très sympas, forts animés et souvent pleins. De plus, nous devions participer au Festival Migrant Scène, qui démarre le 17 novembre. Cela n’a pas été possible pour des raisons techniques, toutefois nous restons associés à ce Festival, que nous soutenons avec fierté.

3. La Guillotière est un quartier que nous apprécions pour sa diversité et son humanité. On s’y sent chez nous, précisément car on y entend plein de langues différentes…

Pat Kalla, qui fait ici encore une fois duo avec Bruno Patchworks, est un artiste bien connu de la scène lyonnaise et particulièrement de ceux qui aiment les sons afros qui dansent avec du sens.

Ancien Combattant, un son qui me parle depuis longtemps

Un son hérité de son père qui vient de Douala au Cameroun.Douala. Ma seconde ville après Lyon. Une ville où un après-midi du début des années 90 chez le copain italien avec qui je jouais au foot en bas d’immeuble et qui avait la télé par satellite, je découvrais une première mouture du morceau ici repris par Pat.

‘Ancien Combattant” par Zao. Zao qui signa ici avec  un clip burlesque introuvable aujourd’hui  et un propos pacifiste un classique des tubes africains. Ainsi qu’à une place majeure dans mon panthéon musicale perso. Qu’on pense à ce titre ou à “Soulard” Zao le congolais a toujours su mélanger le tragique et le comique pour s’attaquer aux maux d’un pays qui connaitra une terrible guerre civile quelques temps plus tard

Ancien Combattant de Pat Kalla : donner une deuxième vie à un morceau qui parle de mort

Aujourd’hui Pat et Bruno réactualisent le classique Ancien Combattant tant dans les mots (il n’y plus de Tchécoslovaquie mais il y a des chauffeurs uber) que dans le son, plus dansant et disco. Une deuxième vie pour un morceau qui parle de mort avec des vivants comme Alpha Diallo ou Issa Mathieu dans le clip, voici un beau paradoxe à se mettre dans les oreilles.

VICTOIRE
« La France est prête, si c’est le vœu de l’intéressée et de sa famille, à accueillir Madame Asia Bibi” a déclaré le Ministre Le Drian cette après-midi.

J’avais lancé il y a quelques jours une pétition pour demander justement cela. Merci aux milliers de gens qui l’ont signé. Et merci aussi aux personnalités de tous bords qui se sont engagés pour cet accueil depuis des jours dans différentes initiatives. Et merci au gouvernement français de faire preuve de générosité et courage sur ce dossier


Broussai, est un groupe de reggae roots qui se reparti entre Mâcon et le 7e arrondissement de Lyon. Une bande de chevelus que j’ai déjà eu l’occasion de programmer au parc Blandan. Broussai c’est des gens biens à commencer par mon ami Reynald Litaudon. Broussai c’est aussi mais pas seulement un très beau morceau  Kingston Town.  Une chanson qui si son intitulé, du Kingston Town de UB40 au Kingtson Town de Alborosie possède plein de synonymes depuis Kington Town de Lord Creator, sent la Jamaïque un matin après une nuit de pluie.

Un nouvel album pour printemps 2019 après 4 ans et In the street.

Des années pas synonymes de disette par contre puisque  consacrées à la scène et à des projets solos comme Citoyen du Monde (j’ai adoré le titre éponyme de l’album, très peace and unity ainsi que le motivant Work) par Erik Arma.  Ou les œuvres de Tchong Libo. Ainsi que des activités de programmateur, arrangeur et producteur pour mon ami Reynald Litaudon. Et la création du festival Constrastes et Couleurs.

Alors passons au sujet :  le premier morceau de l’abum qui s’intitule Ne regrette rien

Le week-end passé est sorti Ne Regrette Rien un premier extrait du futur album de Broussai. Extrait que j’avais eu le plaisir d’écouter quelques jours avant en privé grâce à Reynald. Ne regrette rien si il possède aussi des synonymes quand à son titre n’a absolument pas de lien avec Eddy Piaf ou Sabrina Manetti.

Un propos qui détruit les clichés sur le reggae

Et si sa forme est résolument new roots, si le clip est classique, c’est au niveau du propos un morceau de reggae à l’encontre des clichés qu’on prête abusivement à cette musique. Anti clichés contre ceux qui pensent que le reggae est une musique morte avec la mort de Bob Marley et le vieillissement des grands anciens. Anti-cliché puisque combien sont les gens à penser que le reggae est une musique de mous, sans ambitions, sans envie de progresser et d’atteindre ses rêves,sans construire. A contraire Ne Regrette rien appelle à donner le meilleur de soi-même, à réaliser, à construire dans la vie. Au lieu de wailing, de gémir, ce qui est pourtant un style de chant classique dans cette musique ! Etre acteurs et non passifs. Merci Broussai.

Je siégeai ce jour au conseil de Métropole du Grand Lyon en tant qu’élu. Je suis intervenu à plusieurs reprises sur des dossiers portant sur l’énergie et le numérique et j’ai refusé de voter la subvention à l’institut franco-chinois.

Intervention sur le schéma directeur des énergies

J”ai soutenu le plan et rappelé la trop grande importance du chauffage électrique en France, qui cause une dépense électrique majeure en temps de froid bien plus forte que dans le reste de l’Europe. J’ai souligné le rôle important de l’innovation , avec les smart grids, pour rationaliser notre production et notre consommation et diminuer nos besoins et le rôle des énergies vertes nécessaire dans la voiture électrique, si nous ne voulons pas qu’elle pollue aussi ainsi que la nécessité de progresser sur la question du stockage, pour booster notre production et consommation d’énergie verte.

Intervention sur le plan Fibre Grand Lyon

L’idée est de permettre à tous les grands lyonnais de pouvoir dans leurs initiatives, bénéficier du très haut débit. 

Intervention sur le self data

L’idée est de permettre, avec la Fondation Internet Nouvelle Génération, de sensibiliser les Grands Lyonnais, aux données qu’ils génèrent par exemple avec le projet Mesinfos.  Ceci alors que des fortunes gigantesques se forment.

Fournir des outils, sensibiliser, utiliser la data pour l’intérêt général, prévenir des dérives à la Black Miror, voila une démarche que nous voulons mener. 

Dossier de l’institut franco-chinois de Lyon


Comme l’année passée je fais partie des quelques conseillers de la Métropole de Lyon (et le seul de mon groupe !) à avoir refuser de voter le soutien de 35000 euros à l’institut franco chinois. Je suis pourtant un passionné de cultures asiatiques, je me suis rendu il y a quelques semaines dans ce grand pays, je suis présent à la plupart des manifestations sino lyonnaises et nous ouvrons une semaine de la culture chinoise à Lyon 7e que j’ouvrirais.

Mais la politique actuelle du gouvernement chinois en matière de données, de répression des ouighours, des artistes, son encerclement diplomatique de Taiwan et le contrôle du web me conduisent à cette décision.

Elu de la Guillotière, un territoire où de nombreux asiatiques ont trouvé refuge après avoir été pourchassés par des régimes autoritaires, j’assume pleinement cette décision qui s’inscrit aussi dans le respect de leurs histoires.

🇨🇵️Grande joie et fierté de voir les calédoniens choisir de rester français.

Comme quoi notre pays si décrié chaque jours par divers extrêmes (il n’est qu’à voir certains communiqués rageurs à ce résultat), est un modèle apprécié.

➡️Bravo aussi aux indépendantistes pour leur score élevé, il appartiendra à la République Française de trouver les moyens de solutionner les problèmes, notamment d’inégalités d’opportunités, qui provoquent en partie ce vote et de montrer qu’une voie de résolution peut se faire dans le cadre de la France.

➡️Pensée aussi ce soir à Michel Rocard, l’un de mes maitres à penser, cet homme immense qui fit un travail si gigantesque pour faire avancer la Nouvelle-Calédonie dans la paix et le progrès.

Hommage d’Edouard Philippe à Hô Chi Minh. En 2018 le FN, les Républicains et une partie du PC Vietnamien tentent de continuer à jouer sur la rente mémorielle.

Vietnam : des liens à resserrer

Le Premier Ministre est en visite au Vietnam, où il a signé d’importants contrats dans ce pays qui comporte de nombreux liens avec le notre. Des liens, qui comme ceux avec le Cambodge voisin, ont tendance à se diluer de plus en plus. Ceci alors que la France fut puissance coloniale et protectorat du pays pendant presque sept décennies,ceci alors qu’une nombreuse et dynamique communauté vietnamienne, sino-vietnamienne ou française d’origine vietnamienne est présente dans notre pays. Témoin de ces liens historiques, économiques et culturels, la République Socialiste du Vietnam est membre de la francophonie. Ceci même si on ne parle plus souvent le français à Hanoi, preuve encore une fois de la nécessité de resserrer nos liens au-delà de la signature d’importants contrats par Edouard Phillipe.

Le Vietnam, terre de drames et de guerriers

Et ces liens c’est aussi la mémoire. Celle notamment de plusieurs guerres, au 20e siècle, Le Vietnam, au-delà d’un pays en essor et d’un gouvernement communiste qui s’ouvre désormais largement au marché’ mais hélas pas encore à la démocratie malgré la présence d’une trentaine de députés nons communistes au parlement) c’est aussi un pays de guerriers.

Bien sûr on ne peut taire les conditions atroces d’emprisonnement des soldats prisonniers dans les camps de l’armée vietnamiennes, tues en France, sujets de films aux USA, même si certaines de ces conditions n’étaient pas si différentes parfois des populations locales, soumises à une vie frugale. Bien sûr qu’en détournant une partie des bombardements sur le Cambodge voisin, l’armée communiste vietnamienne prépara sans doute le lit de ses futurs ennemis khmers rouges, qui ravagèrent d’abord leur propre peuple. Et, ce serait une vraie insulte de l’oublier, il faut bien évidemment penser à tous ces réfugiés qui durent quitter leur pays par peur d’être liquidés par le nouveau régime communiste.

Mais qu’on y songe, les combattants Vietnamiens (du nord puis du Vietnam entier), même soutenus à l’arrière par d’autres puissances communistes, c’est des victoires contre le colon français qui se font sur le terrain, contrairement à la guerre d’Algérie, victoire militaire française mais victoire politique du FLN. Le Vietnam militaire c’est une guerre intense avec les USA, remportée là aussi alors qu’une conscription massive et des bombardements sans pitié étaient ordonné par la 1ere puissance mondiale. Où les combattants asiatiques circulaient à vélo en faisant face des bombardiers puissants . Le Vietnam militaire c’est la libération du peuple du Cambodge de l’emprise monstrueuse et folle des Khmers rouges. Le Vietnam militaire c’est tenir tête avec son armée à l’immense Chine d’à côté.

Hô Chi Minh, chef frugal et charismatique

A la tête, du moins au début, de ces combattants incroyables, un petit homme Hô Chi Minh, francophone et même, paradoxe pour un combattant contre la France coloniale, francophile. Un physique repérable entre mille de Lénine asiatique. Et une vie d’ascète charismatique, à combattre et penser caché dans les grottes pendant qu’à Saigon la corruption et l’opulence du régime du sud écœurait nombre de ses concitoyens.

Parmi les victoires de Hô-Chi-Minh, il y en a une de particulière, sous la direction d’un autre homme incroyable, le Général Giap. C’est celle de Dien Bien Phu. Si aujourd’hui la mémoire de cette défaite côté français s’estompe, elle ne reste pas moins un des grands exploits militaires du siècle passé et sans doute le succès le plus surprenant d’une “armée de libération” nationale. Une bataille où des paysans montèrent à dos de vélo des canons pour encercler la cuvette de Dien Bien Phu et remporter une victoire hallucinante sur l’armée française qui se défendit vaillamment.

Edouard Phlippe : un hommage logique à celui qui fut à la fois un ami et un ennemi de la France dans un passé qui a déjà presque sept décennies

Il n’est donc pas absurde que le Premier Ministre aie souhaité rendre hommage lors de sa visite au Vietnam à Hö-Chi-Minh, ceci dans un esprit d’apaisement mais aussi de respect à celui qui fut un adversaire de valeur tout autant qu’un amoureux de notre pays.

Quand LR (dont madame Balkany, modèle de vertu comme chacun sait) ou le FN nostalgique des guerres coloniales s’énervent de cet hommage à un ancien adversaire, ils sont dans la posture et le passé. La fin de notre conflit armé dans ce pays n’a même pas dix ans de moins que celle d ‘arrêt de la seconde guerre mondiale. Leur postures rappellent d’ailleurs celles de leurs ennemis du régime vietnamiens qu’ils dénoncent, qui n’ont pas voulu aller rendre hommage au mémorial des combattants français de Dien Bien Phu. A un moment certains avancent. D’autres restent dans la posture. Perdus dans la cuvette de Dien Bien Phû en 1954.