• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Lyonnitude(s): Israel : Ne pas refaire l'histoire des gentils et des méchants

Ca y est, ça recommence: Un nouvel affrontement, fut-il par convoi interposé entre l’Etat Israellien et l’Autorité Parlestinienne et les mêmes trucs recommencent: La condamnation internationale (alors que dans cette affaire, rien n’est pour l’instant tiré au clair comme le montrent un certain nombre d’éléments, je trouve d’ailleurs Libé bien catégorique ce matin à cet égard), manifestations de solidarité avec la Palestine à connotation de plus en plus religieuse (conséquence de la prise de pouvoir du Hamas ? ) selon les années, mails douteux en anglais sur la Shoah (j’en ai reçu un ce matin particulièrement atroce), le raidissement injuste et suicidaire du gouvernement d’Israel depuis ces dernières années qui sait qu’il prospérera pluis facilement sur le dos de la question palestinienne qu’en résolvant les problémes recontrés par ses citoyens et puis l’espoir d’un Etat Palestinien qui s’éloigne…

Je voulais faire un billet complet mais l’excellent Autheuil a résumé ma pensée:

Le sujet étant ultra sensible, on assiste à des lectures manichéennes, chacun prétend être le gentil et accusant l’autre d’être l’agresseur. La réalité est sans doute plus compliquée. Officiellement, cette flottille venait apporter de l’aide humanitaire.

C’est la couverture officielle, car en fait, il s’agit d’une vaste opération de propagande politique. Quel besoin d’embarquer un prix nobel de la paix et des personnalités politiques sur des bateaux amenant du matériel médical. Ce n’est pas eux qui vont décharger les bateaux (à moins qu’ils ne soient atteints du syndrome kouchnerien du sac de riz).

Le but est clair : provoquer les israéliens et les mettre devant un choix impossible : laisser passer, en dépit de leur refus très ferme de laisser passer, ou empêcher le passage, y compris par la force, au risque de provoquer des morts, avec toutes les conséquences « médiatiques » et donc politiques. Mais les israéliens ne sont pas clairs.

Pourquoi maintenir un blocus de Gaza ? Si cette zone est si dangereuse, pourquoi ne vont-ils pas y rétablir l’ordre ? Envoyer les chars ne leur a jamais fait peur. Il y a un vrai malaise pour Israël, car ils sont tout simplement incapable de faire le boulot de « nettoyage » en éliminant le Hamas. Ils tentent donc de contourner le problème en organisant un blocus pour « contenir », tout en continuant les rodomontades sur la « lutte contre le terrorisme ». C’est cette contradiction que les pro-palestiniens veulent mettre sous le feu des projecteurs médiatiques. C’est un combat politique très classique. Un des camp est mal à l’aise sur un sujet, on va le mettre en avant pour accentuer la gêne et obliger à lever les ambiguités, voire à en tirer les conséquences.

Reste la question des moyens. Là encore, on est dans le très classique. Vu l’énorme disproportion des moyens militaires, il ne reste guère que l’arme médiatique pour les pro-palestiniens. Oui, il s’agissait d’une opération médiatique destinée à aller au clash avec Israël. Aux israéliens d’être plus malins et mieux organisés. Il n’y a dans cette affaire ni gentils ni méchants, juste deux adversaires politiques qui s’affrontent, chacun avec des armes différentes, à la manière des gladiateurs de la Rome antique.