• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Lyonnitude(s) : juin 2010

Hier c’était, comme depuis des années, l’appel du 18 Joint. Il s’agit là de défendre la légalisation du cannabis, réprimé en France de façon fort répressive depuis fort longtemps. J’y suis passé, comme je le fais certaines années depuis 1995.

A partir de 1970 et la loi votée sur la répression des stupéfiants, plus de deux millions de personnes ont été interpellées, certaines pour trafic de drogue ce qui est logique mais bien plus encore à cause de simple usage de cannabis.

Encore plus dur: La législation interdit le débat! Est puni le fait de simplement présenter le cannabis sous un jour favorable,alors qu’on peut tout à fait recommander d’excellents purs malts et délicieuses bières à ses amis. Ces cinq dernières années, le nombre d’interpellés pour usage (je dis bien usage et non trafic) de stupéfiants est passé de 107035 à 141603.

Il est vrai que c’est un moyen facile de faire du chiffre pour la police, comme me confiait l’autre jour un copain flic. « Tu contrôles un groupe de gens un peu babas ou bien peu louches et tu es presque sûr de faire une interpellation pour possession de stupéfiants. Ca sert à rien mais tu fais de la statistique ». Par ailleurs l’usager est plus fréquemment qu’avant renvoyé devant les tribunaux…Mais la police n’a-t-elle pas des tâches plus importantes ?

Depuis 1970, pas grand chose n’a changé. Tout juste Elisabeth Guigou lorsqu’elle était ministre avait-elle demandé aux juges de lever le pied sur le sujet et une intéressante MILDT avait été créé par la gauche en 1982 sur un mode assez éducatif avant de revenir au tout répressif dés la droite revenue aux affaires. Mais malgré le militantisme du mouvement des jeunes socialistes dont je faisais partie à l’époque, le bilan des socialistes en la matière est très frileux.

Au PS on oscille entre le répressif brut, la dépénalisation de l’usage qui règle certes le problème du consommateur mais pas celui du trafic et des risques de produits frelatés ou la légalisation.

Sur ce point là, Europe Ecologie et les Verts, seul parti à tenir un stand hier à Lyon, sont bien plus clairement et depuis longtemps, clairs et nets sur la question: Oui il faut la légalisation du cannabis, oui il faut qu’il soit en vente libre, oui son usage doit être libre et non pénalisé (sauf bien évidemment en cas d’abus, tout comme le conducteur ivre, celui qui prend sa voiture défoncé doit bien évidemment être sanctionné).  Mais ce serait tout de même plus facile si on trouvait de l’herbe dans des cofee-shops à Lyon et ailleurs.

Cela permettrait de libérer les forces de police pour des tâches plus importantes, de donner de nouvelles ressources à l’Etat. d’éduquer aux bons usages et de supprimer une importante source de revenus mafieux. Cela permettrait également de contrôler les produits, ceux issus des filières clandestines contenant souvent des substances peu recommandées pour la santé. Bref les Verts et Europe Ecologie ont tout compris.