• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Lyonnitude(s) : novembre 2009

  Au dernier congrès, les strauss-kahniens, dont je suis un fier membre, se sont divisés entre les trois grandes motions du PS, celle de Collomb et Royal, celle de Aubry et Fabius, celle de Delanoe et Hollande. Si nos chemins se sont détournés un temps, si nous avons vécu nos vies dans nos motions, nous sommes pour la plupart restés en contact solidaire. Alors que Dominique Strausss-Kahn apparait comme le recours le plus sérieux pour le PS et que l’unité semble plus que jamais nécessaire, il semble que certains aient oublié un peu les choses.

Ces derniers jours, les observateurs les plus avisés de la politique lyonnaise ont pu savoir, la première et son entourage distillant des commentaires dans la presse et sur internet, que la quatrième place sur la liste des régionales se jouait entre la secrétaire nationale du PS, Maire du 1er arrondissement et conseillère communautaire Nathalie Perrin-Gilbert, et ma collègue Sarah Peillon, récente Adjointe au Maire de mon arrondissement chéri. Les deux femmes sont membres de la motion du Maire de Paris sauf que si Sarah est depuis toujours strauss-kahnienne. Nathalie Perrin-Gilbert a été plutôt discrète sur ses choix internes pendant sa première décennie de militantisme puis a soutenu Royal puis Delanoe…

A la commission chargée d’établir la liste aux régionales siègent dix personnes, dans une représentation proportionnelle au résultats du vote des militants. Quelques membres de la motion de Sarah et Nathalie y siègent. Le jeune secrétaire de section strauss-kahnien du 6e Walter Graci en fait partie et soutient Sarah. Martine Roure, qui est proche de la Maire du 1er, soutient logiquement Nathalie. Ainsi que le député Pierre-Alain Muet, qui a promis à Nathalie de lui laisser son siége de député un jour. Et Christiane Demontès, qui a obtenu un poste au secrétariat national au congrès précédent et qui a été responsable de la fédération en partie grâce à DSK essaie de flinguer la candidature de sa jeune camarade strauss-kahnienne et soutien mordicus Perrin-Gilbert. Cette dernière a pourtant été désavouée par la commission électorale. Quelle que soit la motion, quelle que soit leur sentiment vis à vis de Gérard Collomb, les représentants à la commission du parti socialiste ont voté à la quasi-unanimité pour Sarah Peillon. Contrairement aux postures victimaires qu’on peut lire dans la presse, l’opposition à la candidature de la Maire du 1er, d’abord portée par l’aile la plus intransigeante de sa motion, et le soutien à Sarah Peillon ne sont donc pas le fait du seul Gérard Collomb mais se retrouvent chez des militants de tous bords.

Demontès s’est fâchée tout rouge. Et ce mercredi midi a été décidé par certains en motion Delanoe de monter un échafaud à Walter Graci, coupable d’avoir soutenu Sarah.Celui-ci a d’ailleurs été exclu par un vote de ses amis, y compris d’ailleurs, outre Christiane Demontès, Fabrice Vidal, élu du 3e et Loic Chabrier de Villeurbanne. J’ai pourtant de l’estime en général en ce qui concerne les deux derniers, tout aussi strauss-kahniens théoriquement…charmant n’est-ce pas la politique des fois…dans la foulée, un certain nombre de gens ont prévenu Pierre Moscovici, proche de Dominique Strauss-Kahn , du comportement pour le moins singulier de Christiane Demontès. La sénatrice a-t-elle définitivement tourné la page DSK, qui lui a pourtant tant apporté ?