• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

françois hollande

130 milliards d’euros pour la relance. Un accord trouvé entre l’Italie, la France, l’Allemagne et l’Espagne alors que celle-ci montre des signes graves niveau financier. Une taxe sur les transaction financière devrait très prochainement être mise en route.

Les quatre leaders se sont également entendus sur une « feuille de route » pour l’intégration économique et monétaire européenne et donc des instruments de régulation communs. Bref, si François Hollande a du mettre un mouchoir pour l’instant sur l’idées d’eurobond (qui a progressé tout de même pendant le sommet), il vient clairement de remporter une première manche dans son projet d’une relance de la croissance au niveau européen. Il aura en cela été largement aidé par Monti et Rajoy face à une Merkel qui a fini, avec intelligence, par mettre de l’eau dans son bouquet austère devant le danger d’effet domino.  Une bonne nouvelle pour la France et l’Europe.

C’est toujours le même salon. C’est toujours la même heure, c’est toujours la même main dans la mienne. C’est toujours pour la même chose.Oh l’écran a changé, l’un des protagonistes aussi. Le contexte aussi. J’ai toujours aussi mal aux jambes après avoir arpenté les bureaux de vote durant le jour.

La campagne a été longue, plutôt joyeuse mais souvent stressante. Elle a pris pour moi les visages classiques du tractage sur les marchés mais aussi des interventions télévisées et dans la presse, du militantisme online, des rencontres avec les chefs d’entreprises et certaines de leurs organisations, des reunions formelles et informelles, des événements organisées sur le terrain comme ailleurs. La campagne elle s’est trouvée dans le visage de mes camarades de combat lyonnais des Loic (qui a tant donné sur cette campagne), Valérie, Abdelkader, Hubert, Christophe, Zorah, Wilfredo, Rime, Béatrice, Ivana, Emilie, Gérard, Jean-Pierre, Jean-Louis, Sarah, Sandrine, Cécile, Florent, Yann, Chaineze et j’en oublie tant…Il se trouve devant les écrans de mes copains blogueurs qui ont oeuvré pour François Hollande à commencer par les copains des Left Blogs (Romain Pigenel, www.alter-oueb.fr amsika.posterous.com annnieday.blogspirit.com aurelinfo.over-blog.com www.avoodware.com www.balmeyer.net bembelly.wordpress.com www.bahbycc.com captainhaka.blogspot.com detoutetderiensurtoutderiendailleurs.blogspot.com elc95.blogspot.com www.engagee.fr www.gabale.fr pmdgilgan.blogspot.com www.gularu.fr hern.over-blog.comintox2007.info jeandelaxr-lejouretlanuit.blogspot.com jegoun.net www.jepense-jecris.fr jen-airienadireetalors.20minutes-blogs.fr kamizole.blog.lemonde.fr www.laloute.net lepuddingalarsenic.blogspot.com libreaffichage.blogspot.com www.loic-cauret.com www.lolobobo.fr louislepioufle.eu majicwoofy.blogspot.com matfanus.blogspot.com mipmip.posterous.com monavistinteresse.blogspot.com monblogessai.wordpress.com monmulhouse.canalblog.com monsieurpoireau.blogspot.com www.mrs-clooney.fr partageux.blogspot.com perdre-la-raison.blogspot.com philippe-meoule.elunet.fr piratages.wordpress.com pire-racaille.blogspot.com www.reflexionpolitique.net renovitude.net rimbusblog.blogspot.com saintpierredescorps-cestouca.blogspot.com sarkofrance.blogspot.com sebmusset.blogspot.com www.sistraer.net slovar.blogspot.com www.trublyonne.com uneautrevie-stef.blogspot.com www.variae.com www.websternsocialiste.com  www.yann-savidan.com )

Il est presque 20h et, si il m’appartient de respecter la loi, les noms de code sur Twitter afin de donner les résultats en contournant une loi mal fichue commencent à devenir obsolètes en effet. Ca y est c’est le moment. Et c’est lui.

Bien sûr la joie. Bien sûr les cris dans la rue et les klaxons dans un 7e arrondissement où pas un bureau de vote n’a cette fois, pour la première fois, manqué à la gauche edt où nous réalisons plus de 59% en faveur du nouveau Président. Même si, au vu de la dernière heure, cette victoire devenait aussi peu surprenante que l’attente du minuit sous le gui au réveillon.

Et puis, avec la joie l’immense sentiment de la responsabilité considérable qui pése sur les épaules de notre camps. Il va falloir œuvrer pour faire avancer notre pays. Il faudra agir pour réconcilier notre nation trop divisée ces dernières années. Il faudra tringler la fatalité et nous auront pas trop d’un quinquennat pour le faire. La politique ne peut pas faire de miracles et l’élection d’un homme ne résoudra pas tout c’est certain. Mais elle peut drôlement améliorer les choses.

Il faudra aussi convaincre, par notre action, une large fraction des très nombreux électeurs qui se sont prononcés sur le sortant, que leurs craintes à l’égard de notre politique n’étaient pas fondés et que nos réformes seront utiles pour le pays. Je pense à des amis très proches (pour une raison qui m’échappe j’ai sans doute plus d’amis de droite que de gauche) Gaby et Cyril ou Valérie pour prendre trois exemples au milieu de dizaines, je pense aux chefs d’entreprises, artisans et commerçants du 7eavec qui je travaille en bonne intelligence et qui, si ils accordent de plus en plus leurs suffrages à la majorité municipale, ont pour certains d’entre eux glissé un bulletin bleu dans l’urne en ces présidentielles. Ce sera aussi l’occasion pour la droite de se réformer et de cesser d’être par trop un parti de classe pour redevenir une alternative pour la nation tout entière.

Et puis, par delà les apports décisifs des autres forces de gauche sans qui rien ne serait possible, je voudrais remercier François Bayrou et puis nombre de ses amis qui sont aussi les miens, Charlotte, Julie, Luc, Christophe et les autres, si proches de la gauche de Lyon dans les valeurs et qui ont participé à notre victoire collective.

Des sacrifices il en faudra. Ils seront sans doute plus équitablement partagés. De l’audace il en faudra. Ils se feront peut-être dans davantage d’unité. Des difficultés il y en aura. Il ne faut pas les sous-estimer.

Il est 20 heures et des brouettes. Je sort de mon chez moi dans les rues du 7e où ça claxonne. Passage à la fédération du PS où la foule joyeuse est massée. Passage à la préfecture, feutrée et presque anachronique. Passage dans les rues et places. Avant de retrouver la masse joyeuse au transbordeur, location un peu distante pour une fête, je repasse à la Mairie du 7e. Nous avons organisé un pot pour remercier les assesseurs et présidents de bureau de vote de tous bords qui ont donné de leur temps pour la démocratie ce jour. Les climat est cordial, notre score local est historique, avec, comme je l’ai dit l’ensemble des bureaux du 7e à gauche et pour la première fois Lyon qui donne un candidat aux présidentielles de gauche devant.

A un moment nous faisons la photo de groupe d’une partie des volontaires de la campagne de Hollande. Et puis au  même instant où l’UMP ergote sur la présence de drapeaux étrangers (certes un peu hors sujet sans qu’il soit besoin d’en faire une focalisation malsaine et de plus provenant souvent d’une cause juste puisque nombre de militants pour la démocratie en Syrie étaient venus avec leurs bannières sensibiliser au drame que vit leur pays) à la Bastille, Paolo, qui a beaucoup donné pour notre nouveau Président, de sa voix accentuée par l’accent du pays d’Afrique de sa naissance, demande que nous entonnions le champ de notre patrie républicaine, qui appartient à tous les français quelque soient leur bord. Ce que nous faisons de bon coeur sur cette vidéo prise par mon ami Renaud. Vive la République et vive la France!

Dimanche, ce n’est pas un secret, sauf si vous venez pour la première fois sur ce carnet virtuel, je voterai François Hollande avec fierté. Je vous avais déjà donné quelques raisons au premier tour.

Dimanche, je voterai pour un homme, d’un tempérament plus rassembleur et plus éthique que le sortant, encore une fois pris dans le piége des affaires ce soir. Je voterai pour lui parce que ce n’est pas aux amis du candidat de droite, à Bouygues, Bolloré, Dassault et aux médias qu’ils controlent de nous dicter nos choix. Je voterai pour une France plus juste, qui laisse sa chance à l’entreprise tout en respectant le service public.

Dimanche je voterai pour une France moins centralisée, avec des territoires plus libres. Je voterai pour l’égalité des droits de tous les français, quelle que soit leur orientation sexuelle. Je voterais pour une relance de l’Europe, pour qu’elle devienne une chance plutôt qu’un risque. Je voterai pour celui des deux présent au second tour qui a présenté aux français un programme.

Dimanche je voterai pour tourner la page de la politique spectacle et pour un Président qui supprimera l’immunité du chef de l’Etat. Je voterai pour que tous mettent la main à la pâte face à la crise et pas seulement les plus modestes. Je voterai pour arrêter l’endettement délirant accéléré sous Nicolas Sarkozy.

Dimanche je voterai pour une politique concréte face à des promesses illusoires en matière de formation qui amèneraient Nicolas Sarkozy à embaucher un demi-million de fonctionnaires supplémentaires que nous n’avons pas moyen de payer. Je voterai pour que les moyens de l’Etat soient redéfinis et pour que des postes soient redirigés vers l’enseignement et la police.

Dimanche je voterai pour un président attentif à la laïcité et non pas un sortant qui insulte les musulmans tout en conviant des islamistes, arrivés hommes et femmes séparés pour faire la claque dans ses meetings. Je voterai pour une France écologique et responsable, qui préserve notre indépendance énergétique. Je voterai pour celui qui rassemble largement autour de lui face à un sortant qui n’a pour soutien extérieur à son camp que la frange la plus dure de l’extrême-droite, et des organes de presse proche de cette mouvance, ceux qui trouvent Marine Le Pen bien trop molle…

Dimanche je voterai pour François Hollande.

ps: du fait des obligations de campagne les commentaires sont fermés.

photo

Sur les 8 éliminés du 1er tour, 6 voteront pour le changement, 2 blanc et 0 pour le candidat sortant. De façon large. Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Jacques Cheminade et désormais François Bayrou appellent à voter pour François Hollande. Mon copain Romain P en vient à s’interroger Et si Nicolas Sarkozy appelait lui aussi à voter Hollande ?

Ce soir l’annonce par Bayrou de sa décision de voter pour le candidat de la gauche me fait plaisir. Certes elle brise une blague classique abondamment pratiquée, même si il n’en est pas l’auteur, par le pourtant pas très funky président du conseil général du Rhône Michel Mercier, soutien et ministre de Sarkozy « Le centre n’est ni à gauche ni à gauche ».

Mais, si ayant fait le choix d’un engagement à gauche depuis plus de quinze ans, j’ai des divergences avec le chef du MODEM, elle a fait plaisir à plus d’un titre au social-démocrate européen que je suis.

Elle montre un rassemblement large autour de François Hollande-Elle amène des amis à moi (il y en a un certain nombre) membres ou sympathisants du MODEM à conforter leur choix.

Et puis elle rompt un vieux tabou de la 5e République, déjà brisé localement à Lyon et dans nombre d’autres villes à majorité socialiste, un tabou qui voudrait que la gauche et le centre ne puissent se parler, ne puissent miroiter de concert dans différentes postures.

Dans son message, il ne faut pas non plus oublier Bayrou a aussi voulu s’adresser à la droite dont il est issu et dont sont issus une partie de ses troupes. Au-delà donc du centre, en affirmant ce qui fait la une du numéro de Libération à paraitre ce jour « La ligne qu’a ainsi choisie Nicolas Sarkozy entre les deux tours est violente, elle entre en contradiction avec les valeurs qui sont les nôtres, pas seulement les miennes, pas seulement celles du courant politique que je représente, mais aussi les valeurs du gaullisme, autant que celles de la droite républicaine et sociale. » Cet appel sonne comme un avertissement à ceux qui se réclamant de la droite humaniste tout en cautionnant la dérive extrême du candidat sortant pour des raisons de conformisme ou d’égoïsme personnel.

Bien sûr Bayrou n’est pas forcément dénué d’arrières pensées tactique. Bien sûr, comme le dit Nicolas Voisin, la chose aurait pu arriver 5 ans plus tôt et nous aurait peut-être évité 5 ans de catastrophe Sarkozyste. Bien sûr l’événement lui permet aussi de revenir sur la scène. Certes par là-même Bayrou se permet d’être clairement en position de rassembler au centre et à droite sur les décombres de l’UMP. Voire même d’attirer quelques socialistes à terme.

Mais celui qui fit longtemps de la Modemologie sur ce présent blog vous le dit: c’est un plaisir de voir Bayrou faire preuve de cohérence dans son choix, avec les valeurs qu’il affiche, dans cette élection. Et elle ne manque pas de panache, tant l’UMP lui proposait postes de Premier Ministre et députés alors qu’Hollande a indiqué que son chef de gouvernement serait socialiste.

Tiens pour finir, tout cela me fait penser à une petite chanson des Guignols. Pour me taquiner ma femme me dit « Ok t’es socialiste mais cette chanson sur le centre me fait quand même un peu penser à toi ».  Mais euuuh...

Les Guignols du 20/02 – Politiquement centriste

Un débat attendu, deux styles opposés. Un candidat de droite sortant en position, comme prévu, de challenger à l’offensive, ne maitrisant pas souvent ses dossiers et qui, si il a questionné le programme de François Hollande, n’a fait de son côté qu’une et une seule proposition mineure (sur les pouvoir d’une catégorie de magistrat) en près de deux heures de débat. Un candidat socialiste plus posé, répondant fermement malgré un ou deux passages à vide et quelques approximations.Ce matin, généralement et quelque soient leur bord, les observateurs donnent l’avantage à Hollande.

Intéressant débat finalement hier entre les deux candidats aux présidentielles, malgré quelques longueurs sur l’immigration et quelques batailles de chiffres mal maitrisés.

Ce fut un affrontement de postures et de personnalités. Et une chose est unanime, chez les commentateurs de droite (à commencer par un site aussi marqué que Atlantico) comme de gauche: François Hollande a remporté son débat. Certes pas par KO mais comme le reprennent un grand nombre de journalistes de tous bords,  mais largement aux points. Les militants UMP semblaient d’ailleurs eux-même très partagés hier sur la prestation de Nicolas Sarkozy.

Niveau observation personnelle sur la toile, si je voyais les militants les plus convaincus des deux camps enthousiastes à la fin du débat (mention spéciale au type du PS qui twittait que dans la fédération socialiste le clip de Hollande était applaudi pendant que celui de Sarkozy était sifflé, quelle énorme surprise….) j’ai senti nombre de copains de droite très désenchantés après l’échange.

Niveau fond, le débat s’est quasiment uniquement concentré autour du programme de François Hollande et de la défense et de l’attaque du bilan du sortant. Nicolas Sarkozy n’a, cela m’a frappé, fait qu’une unique proposition en près de trois heures de débat, sur le fonctionnement du juge de l’immigration illégale. Un peu court comme programme pour les cinq ans à venir.

Hollande eut ses temps de faiblesse. Il fut parfois approximatif, par exemple sur l’Afghanistan, où le retrait est en effet coordonné avec les USA, comme l’a dit Nicolas Sarkozy. Ou si, après avoir rappelé qu’il mènerait une politique d’immigration ferme et qu’il s’opposait au communautarisme il fut mis en difficulté un temps par un sortant qui joue son dernier atout sur ces questions et l’avait déstabilisé en affirmant (ce qui fut démenti) qu’il voulait supprimer les centres de rétention. Intox du sortant habilement menée. Mais ce fut la seule.

Ce ne fut pas faut d’essayer. Sarkozy aligna en effet les affirmations qui firent le bonheur des fact-chekeurs:- il essaya de faire croire que la France était première de l’OCDE en matière d’encadrement des enfants alors qu’elle est dernière.

–  Il essaya de faire croire que la France était le pays le plus fiscalisé d’Europe derrière la Suède alors qu’elle est 7e.

-Il affirma qu’un fonctionnaire sur deux travaille pour l’éduction nationale alors que ce n’est qu’un sur 6.

-Il essaya de faire croire que la France était le seul pays du continent à avoir un imôt sur la fortune alors qu’il y a 5 ou 6, généralement florissants à l’instar de la Suisse ou de la Norvége.

-Coincé sur l’action de Bersluconi, qui a laissé une Italie très endettée, il tenta de même faire croire, contre toute évidence, que l’ancien premier ministre italien ne faisait pas partie de sa famille politique, lançant même un « vous n’être pas mon professeur » déjà utilisé lors d’un débat en 97 contre DSK…  

-Il tenta de faire croire que la centrale  de Fessenheim (que Hollande veut fermer et que jusqu’il y a peu la porte-parole de Nicolas Sarkozy affirmait vouloir arrêter) n’était pas en zone dangereuse alors qu’elle l’est…

Il est d’ailleurs à noter que si aucun des deux candidats ne fut très brillant sur la partie du débat consacrée à l’énergie, Nicolas Sarkozy se montra particulièrement mauvais, ignorant visiblement que l’hydroélectrique et non le solaire ou l’éolien,est la première énergie renouvelable, parlant d’indépendance énergétique grâce au nucléaire alors que l’uranium est importé du Mali et du Niger. Il évoqua le faible prix de l’énergie dans notre pays alors que cet hiver, la France a dut acheter à une Allemagne qui délaisse l’atome du courant 32 fois plus cher que le prix normal par faute de production suffisante…

Ps: pour ma part je remercie encore Erwann Gaucher et mes collégues débatteurs pour notre débat d’hier soir.

François Hollande, le candidat que j’ai choisi depuis des mois, est favori. Certes il serait surprenant qu’il arrive en tête au premier tour puisque le candidat sortant est le seul ou presque à droite, exception faite du modeste Dupont-Aignan et d’une fraction des partisans de Bayrou. et qu’il n’est jamais arrivé qu’un sortant, même battu comme le fut Giscard, ne soit devant au premier tour. François Hollande est par contre, pour l’instant,  le favori au second. Mais tant de travail reste à faire.

Ma position en faveur d’un candidat socialiste, qui plus est de la tendance sociale-démocrate, n’est pas une surprise. Mais il y a, au-delà des étiquettes, des raisons importantes pour moi de faire ce choix de rassemblement des français. Certains de mes ami(e)s vous en donné 17. D’autres vous ont 10 raisons de ne pas voter pour lui. François Hollande a, lui, un projet avec 60 propositions.

Je serais plus modeste j’en donnerais dans ce billet sept raisons à mon vote. Il y en a d’autres, bien d’autres mais il me faut résumer.

1-Je veux un pays plus uni. Les chefs d’entreprises, les fonctionnaires, les salariés du privé, les indépendants, les français de souche, ceux venus à la République plus tard dans la chronologie forment un pays. J’ai envie d’un pays où chacun soit respecté.

2-Je veux un pays plus solidaire. Je refuse l’assistanat mais je pense que ceux qui n’ont pas de chance dans la vie doivent être aidés à retrouver le chemin de l’espèrance et aux possibilités de s’assumer, dans lequel le travail ne sera pas plus pénalisé financièrement que le capital.

3-Je veux des territoires plus respectés. Lyonnais et attaché à ma ville, profondément européen, je suis aussi profondément républicain. Vivre en France, cela doit pouvoir dire espérer dans la France partout où que l’on vive.

4-Je veux un pays dynamique, où l’on puisse réfléchir, entreprendre, où la fiscalité soit moins pénalisante pour celui qui commence son aventure entrepreunariale que pour les grands groupes installés, où l’ont puisse travailler autrement si on le souhaite, où les PME soient soutenues dans leurs financements, où la recherche cesse d’être bradée, où internet ne soit plus un simple lieu de flicage en matière de politiques publiques mais un espace d’opportunités.

5-Je veux un pays sûr, dans lequel la sécurité soit assurée pour tous, dans tous les territoires de la République, où les effectifs de police ne soient pas une variable d’ajustement des politiques publiques, où les forces de l’ordres soient partout et pas seulement dans certains quartiers. Une France plus en sécurité, c’est aussi, comme le fait François Hollande, penser aux moyens de résoudre la question de la dette creusée.

6-Je veux un pays qui donne sa chance à chacun, en assurant une éducation de qualité et les possibilités à chaque enfant de France de pouvoir avoir les mêmes possibilités de destin par l’école, où le logement ne soit pas une pure spéculation financière.

7-Je veux un pays plus respectueux de l’environnement, où l’on encourage les énergies propres tout en préparant, dans le long et moyen terme, la transition énergétique.

ps: la campagne s’arrêtant bientôt je suis contraint de désactiver les commentaires sur ce billet

#1 Clip officiel de campagne de François Hollande par francoishollande

L’un des points essentiels du programme énergétique de François Hollande est d’amener  à un niveau de 20% de consommation d’énergie renouvelable d’ici 2020, soit un peu plus de 5 points de la production actuelle puis que notre pays soit sur les rails du 50% en 2050.
Il faut savoir que chaque année, la France importe pour plus de 69 milliards d’énergies diverses (électricité, pétrole etc…) . Sans ces imports notre balance serait équilibrée.

Le nucléaire, tant vanté comme un moyen d’assurer l’indépendance énergétique de notre pays, n’assure pourtant pas cette tâche: déjà parce que l’uranium est importé. Il provient notamment de pays aujourd’hui fortement instables comme le Niger ou le Mali.

Ensuite parce que l’hiver dernier en a été une démonstration éclatante de notre dépendance: La France a massivement acheté à prix d’or de l’énergie électrique à une Allemagne ayant pourtant une part de nucléaire bien inférieure à celle de notre pays dans sa production. Il est ainsi arrivé que des MwH soient achetés par les entreprises françaises de distribution à 1938 euros l’unité aux producteurs allemands en février alors que le prix normal se situe autour de 60 euros…

Le nucléaire n’est donc pas sans risque mais en plus il ne nous rend pas indépendant. Il faut donc solutionner le probléme et cela doit s’effectuer sur le long terme.

D’abord parce qu’on ne change pas en une poignée d’années le mix énergétique français. En 2010 par exemple 14,8% de la consommation d’énergie est issue des différentes filières du renouvelable.

Niveau production presque les trois-quarts de la production électrique actuelle française est nucléaire, la principale énergie renouvelable étant l’hydroélectrique (dont notamment les lyonnais de la CNR).

L’idée de François Hollande, conformément aux engagements déjà pris par la France, est de faire en sorte qu’en augmentant l’offre d’énergie renouvelable et en fermant la centrale de Fessenheim, obsolète, on arrive progressivement à une proportion moins forte de nucléaire et à davantage d’énergie verte.

Cela ne fera pas en un an ni même en un mandat mais il faut enclencher fortement ce mouvement. Il passe par la reconversion progressive des salariés du secteur nucléaire, la recherche et la mise en place d’une réelle politique en faveur des énergies renouvelables. Cette dernière action avait commencée à être mise en place par Nicolas Sarkozy, avec raison, avant d’être par la suite complétement abandonnée sous diverses pressions. Aujourd’hui il n’est hélas plus tellement question d’énergies renouvelables dans le discours du sortant.

Pourtant le courant vert est pris de plus en plus en compte par les industriels. Renault sort prochainement la Zoé, un véhicule fonctionnant avec une électricité certifiée durable. Contribuant ainsi, certes modestement, à réduire l’énergie que nous importons le plus: le pétrole.

françois hollande

130 milliards d’euros pour la relance. Un accord trouvé entre l’Italie, la France, l’Allemagne et l’Espagne alors que celle-ci montre des signes graves niveau financier. Une taxe sur les transaction financière devrait très prochainement être mise en route.

Les quatre leaders se sont également entendus sur une « feuille de route » pour l’intégration économique et monétaire européenne et donc des instruments de régulation communs. Bref, si François Hollande a du mettre un mouchoir pour l’instant sur l’idées d’eurobond (qui a progressé tout de même pendant le sommet), il vient clairement de remporter une première manche dans son projet d’une relance de la croissance au niveau européen. Il aura en cela été largement aidé par Monti et Rajoy face à une Merkel qui a fini, avec intelligence, par mettre de l’eau dans son bouquet austère devant le danger d’effet domino.  Une bonne nouvelle pour la France et l’Europe.

C’est toujours le même salon. C’est toujours la même heure, c’est toujours la même main dans la mienne. C’est toujours pour la même chose.Oh l’écran a changé, l’un des protagonistes aussi. Le contexte aussi. J’ai toujours aussi mal aux jambes après avoir arpenté les bureaux de vote durant le jour.

La campagne a été longue, plutôt joyeuse mais souvent stressante. Elle a pris pour moi les visages classiques du tractage sur les marchés mais aussi des interventions télévisées et dans la presse, du militantisme online, des rencontres avec les chefs d’entreprises et certaines de leurs organisations, des reunions formelles et informelles, des événements organisées sur le terrain comme ailleurs. La campagne elle s’est trouvée dans le visage de mes camarades de combat lyonnais des Loic (qui a tant donné sur cette campagne), Valérie, Abdelkader, Hubert, Christophe, Zorah, Wilfredo, Rime, Béatrice, Ivana, Emilie, Gérard, Jean-Pierre, Jean-Louis, Sarah, Sandrine, Cécile, Florent, Yann, Chaineze et j’en oublie tant…Il se trouve devant les écrans de mes copains blogueurs qui ont oeuvré pour François Hollande à commencer par les copains des Left Blogs (Romain Pigenel, www.alter-oueb.fr amsika.posterous.com annnieday.blogspirit.com aurelinfo.over-blog.com www.avoodware.com www.balmeyer.net bembelly.wordpress.com www.bahbycc.com captainhaka.blogspot.com detoutetderiensurtoutderiendailleurs.blogspot.com elc95.blogspot.com www.engagee.fr www.gabale.fr pmdgilgan.blogspot.com www.gularu.fr hern.over-blog.comintox2007.info jeandelaxr-lejouretlanuit.blogspot.com jegoun.net www.jepense-jecris.fr jen-airienadireetalors.20minutes-blogs.fr kamizole.blog.lemonde.fr www.laloute.net lepuddingalarsenic.blogspot.com libreaffichage.blogspot.com www.loic-cauret.com www.lolobobo.fr louislepioufle.eu majicwoofy.blogspot.com matfanus.blogspot.com mipmip.posterous.com monavistinteresse.blogspot.com monblogessai.wordpress.com monmulhouse.canalblog.com monsieurpoireau.blogspot.com www.mrs-clooney.fr partageux.blogspot.com perdre-la-raison.blogspot.com philippe-meoule.elunet.fr piratages.wordpress.com pire-racaille.blogspot.com www.reflexionpolitique.net renovitude.net rimbusblog.blogspot.com saintpierredescorps-cestouca.blogspot.com sarkofrance.blogspot.com sebmusset.blogspot.com www.sistraer.net slovar.blogspot.com www.trublyonne.com uneautrevie-stef.blogspot.com www.variae.com www.websternsocialiste.com  www.yann-savidan.com )

Il est presque 20h et, si il m’appartient de respecter la loi, les noms de code sur Twitter afin de donner les résultats en contournant une loi mal fichue commencent à devenir obsolètes en effet. Ca y est c’est le moment. Et c’est lui.

Bien sûr la joie. Bien sûr les cris dans la rue et les klaxons dans un 7e arrondissement où pas un bureau de vote n’a cette fois, pour la première fois, manqué à la gauche edt où nous réalisons plus de 59% en faveur du nouveau Président. Même si, au vu de la dernière heure, cette victoire devenait aussi peu surprenante que l’attente du minuit sous le gui au réveillon.

Et puis, avec la joie l’immense sentiment de la responsabilité considérable qui pése sur les épaules de notre camps. Il va falloir œuvrer pour faire avancer notre pays. Il faudra agir pour réconcilier notre nation trop divisée ces dernières années. Il faudra tringler la fatalité et nous auront pas trop d’un quinquennat pour le faire. La politique ne peut pas faire de miracles et l’élection d’un homme ne résoudra pas tout c’est certain. Mais elle peut drôlement améliorer les choses.

Il faudra aussi convaincre, par notre action, une large fraction des très nombreux électeurs qui se sont prononcés sur le sortant, que leurs craintes à l’égard de notre politique n’étaient pas fondés et que nos réformes seront utiles pour le pays. Je pense à des amis très proches (pour une raison qui m’échappe j’ai sans doute plus d’amis de droite que de gauche) Gaby et Cyril ou Valérie pour prendre trois exemples au milieu de dizaines, je pense aux chefs d’entreprises, artisans et commerçants du 7eavec qui je travaille en bonne intelligence et qui, si ils accordent de plus en plus leurs suffrages à la majorité municipale, ont pour certains d’entre eux glissé un bulletin bleu dans l’urne en ces présidentielles. Ce sera aussi l’occasion pour la droite de se réformer et de cesser d’être par trop un parti de classe pour redevenir une alternative pour la nation tout entière.

Et puis, par delà les apports décisifs des autres forces de gauche sans qui rien ne serait possible, je voudrais remercier François Bayrou et puis nombre de ses amis qui sont aussi les miens, Charlotte, Julie, Luc, Christophe et les autres, si proches de la gauche de Lyon dans les valeurs et qui ont participé à notre victoire collective.

Des sacrifices il en faudra. Ils seront sans doute plus équitablement partagés. De l’audace il en faudra. Ils se feront peut-être dans davantage d’unité. Des difficultés il y en aura. Il ne faut pas les sous-estimer.

Il est 20 heures et des brouettes. Je sort de mon chez moi dans les rues du 7e où ça claxonne. Passage à la fédération du PS où la foule joyeuse est massée. Passage à la préfecture, feutrée et presque anachronique. Passage dans les rues et places. Avant de retrouver la masse joyeuse au transbordeur, location un peu distante pour une fête, je repasse à la Mairie du 7e. Nous avons organisé un pot pour remercier les assesseurs et présidents de bureau de vote de tous bords qui ont donné de leur temps pour la démocratie ce jour. Les climat est cordial, notre score local est historique, avec, comme je l’ai dit l’ensemble des bureaux du 7e à gauche et pour la première fois Lyon qui donne un candidat aux présidentielles de gauche devant.

A un moment nous faisons la photo de groupe d’une partie des volontaires de la campagne de Hollande. Et puis au  même instant où l’UMP ergote sur la présence de drapeaux étrangers (certes un peu hors sujet sans qu’il soit besoin d’en faire une focalisation malsaine et de plus provenant souvent d’une cause juste puisque nombre de militants pour la démocratie en Syrie étaient venus avec leurs bannières sensibiliser au drame que vit leur pays) à la Bastille, Paolo, qui a beaucoup donné pour notre nouveau Président, de sa voix accentuée par l’accent du pays d’Afrique de sa naissance, demande que nous entonnions le champ de notre patrie républicaine, qui appartient à tous les français quelque soient leur bord. Ce que nous faisons de bon coeur sur cette vidéo prise par mon ami Renaud. Vive la République et vive la France!

Dimanche, ce n’est pas un secret, sauf si vous venez pour la première fois sur ce carnet virtuel, je voterai François Hollande avec fierté. Je vous avais déjà donné quelques raisons au premier tour.

Dimanche, je voterai pour un homme, d’un tempérament plus rassembleur et plus éthique que le sortant, encore une fois pris dans le piége des affaires ce soir. Je voterai pour lui parce que ce n’est pas aux amis du candidat de droite, à Bouygues, Bolloré, Dassault et aux médias qu’ils controlent de nous dicter nos choix. Je voterai pour une France plus juste, qui laisse sa chance à l’entreprise tout en respectant le service public.

Dimanche je voterai pour une France moins centralisée, avec des territoires plus libres. Je voterai pour l’égalité des droits de tous les français, quelle que soit leur orientation sexuelle. Je voterais pour une relance de l’Europe, pour qu’elle devienne une chance plutôt qu’un risque. Je voterai pour celui des deux présent au second tour qui a présenté aux français un programme.

Dimanche je voterai pour tourner la page de la politique spectacle et pour un Président qui supprimera l’immunité du chef de l’Etat. Je voterai pour que tous mettent la main à la pâte face à la crise et pas seulement les plus modestes. Je voterai pour arrêter l’endettement délirant accéléré sous Nicolas Sarkozy.

Dimanche je voterai pour une politique concréte face à des promesses illusoires en matière de formation qui amèneraient Nicolas Sarkozy à embaucher un demi-million de fonctionnaires supplémentaires que nous n’avons pas moyen de payer. Je voterai pour que les moyens de l’Etat soient redéfinis et pour que des postes soient redirigés vers l’enseignement et la police.

Dimanche je voterai pour un président attentif à la laïcité et non pas un sortant qui insulte les musulmans tout en conviant des islamistes, arrivés hommes et femmes séparés pour faire la claque dans ses meetings. Je voterai pour une France écologique et responsable, qui préserve notre indépendance énergétique. Je voterai pour celui qui rassemble largement autour de lui face à un sortant qui n’a pour soutien extérieur à son camp que la frange la plus dure de l’extrême-droite, et des organes de presse proche de cette mouvance, ceux qui trouvent Marine Le Pen bien trop molle…

Dimanche je voterai pour François Hollande.

ps: du fait des obligations de campagne les commentaires sont fermés.

photo

Sur les 8 éliminés du 1er tour, 6 voteront pour le changement, 2 blanc et 0 pour le candidat sortant. De façon large. Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Jacques Cheminade et désormais François Bayrou appellent à voter pour François Hollande. Mon copain Romain P en vient à s’interroger Et si Nicolas Sarkozy appelait lui aussi à voter Hollande ?

Ce soir l’annonce par Bayrou de sa décision de voter pour le candidat de la gauche me fait plaisir. Certes elle brise une blague classique abondamment pratiquée, même si il n’en est pas l’auteur, par le pourtant pas très funky président du conseil général du Rhône Michel Mercier, soutien et ministre de Sarkozy « Le centre n’est ni à gauche ni à gauche ».

Mais, si ayant fait le choix d’un engagement à gauche depuis plus de quinze ans, j’ai des divergences avec le chef du MODEM, elle a fait plaisir à plus d’un titre au social-démocrate européen que je suis.

Elle montre un rassemblement large autour de François Hollande-Elle amène des amis à moi (il y en a un certain nombre) membres ou sympathisants du MODEM à conforter leur choix.

Et puis elle rompt un vieux tabou de la 5e République, déjà brisé localement à Lyon et dans nombre d’autres villes à majorité socialiste, un tabou qui voudrait que la gauche et le centre ne puissent se parler, ne puissent miroiter de concert dans différentes postures.

Dans son message, il ne faut pas non plus oublier Bayrou a aussi voulu s’adresser à la droite dont il est issu et dont sont issus une partie de ses troupes. Au-delà donc du centre, en affirmant ce qui fait la une du numéro de Libération à paraitre ce jour « La ligne qu’a ainsi choisie Nicolas Sarkozy entre les deux tours est violente, elle entre en contradiction avec les valeurs qui sont les nôtres, pas seulement les miennes, pas seulement celles du courant politique que je représente, mais aussi les valeurs du gaullisme, autant que celles de la droite républicaine et sociale. » Cet appel sonne comme un avertissement à ceux qui se réclamant de la droite humaniste tout en cautionnant la dérive extrême du candidat sortant pour des raisons de conformisme ou d’égoïsme personnel.

Bien sûr Bayrou n’est pas forcément dénué d’arrières pensées tactique. Bien sûr, comme le dit Nicolas Voisin, la chose aurait pu arriver 5 ans plus tôt et nous aurait peut-être évité 5 ans de catastrophe Sarkozyste. Bien sûr l’événement lui permet aussi de revenir sur la scène. Certes par là-même Bayrou se permet d’être clairement en position de rassembler au centre et à droite sur les décombres de l’UMP. Voire même d’attirer quelques socialistes à terme.

Mais celui qui fit longtemps de la Modemologie sur ce présent blog vous le dit: c’est un plaisir de voir Bayrou faire preuve de cohérence dans son choix, avec les valeurs qu’il affiche, dans cette élection. Et elle ne manque pas de panache, tant l’UMP lui proposait postes de Premier Ministre et députés alors qu’Hollande a indiqué que son chef de gouvernement serait socialiste.

Tiens pour finir, tout cela me fait penser à une petite chanson des Guignols. Pour me taquiner ma femme me dit « Ok t’es socialiste mais cette chanson sur le centre me fait quand même un peu penser à toi ».  Mais euuuh...

Les Guignols du 20/02 – Politiquement centriste

Un débat attendu, deux styles opposés. Un candidat de droite sortant en position, comme prévu, de challenger à l’offensive, ne maitrisant pas souvent ses dossiers et qui, si il a questionné le programme de François Hollande, n’a fait de son côté qu’une et une seule proposition mineure (sur les pouvoir d’une catégorie de magistrat) en près de deux heures de débat. Un candidat socialiste plus posé, répondant fermement malgré un ou deux passages à vide et quelques approximations.Ce matin, généralement et quelque soient leur bord, les observateurs donnent l’avantage à Hollande.

Intéressant débat finalement hier entre les deux candidats aux présidentielles, malgré quelques longueurs sur l’immigration et quelques batailles de chiffres mal maitrisés.

Ce fut un affrontement de postures et de personnalités. Et une chose est unanime, chez les commentateurs de droite (à commencer par un site aussi marqué que Atlantico) comme de gauche: François Hollande a remporté son débat. Certes pas par KO mais comme le reprennent un grand nombre de journalistes de tous bords,  mais largement aux points. Les militants UMP semblaient d’ailleurs eux-même très partagés hier sur la prestation de Nicolas Sarkozy.

Niveau observation personnelle sur la toile, si je voyais les militants les plus convaincus des deux camps enthousiastes à la fin du débat (mention spéciale au type du PS qui twittait que dans la fédération socialiste le clip de Hollande était applaudi pendant que celui de Sarkozy était sifflé, quelle énorme surprise….) j’ai senti nombre de copains de droite très désenchantés après l’échange.

Niveau fond, le débat s’est quasiment uniquement concentré autour du programme de François Hollande et de la défense et de l’attaque du bilan du sortant. Nicolas Sarkozy n’a, cela m’a frappé, fait qu’une unique proposition en près de trois heures de débat, sur le fonctionnement du juge de l’immigration illégale. Un peu court comme programme pour les cinq ans à venir.

Hollande eut ses temps de faiblesse. Il fut parfois approximatif, par exemple sur l’Afghanistan, où le retrait est en effet coordonné avec les USA, comme l’a dit Nicolas Sarkozy. Ou si, après avoir rappelé qu’il mènerait une politique d’immigration ferme et qu’il s’opposait au communautarisme il fut mis en difficulté un temps par un sortant qui joue son dernier atout sur ces questions et l’avait déstabilisé en affirmant (ce qui fut démenti) qu’il voulait supprimer les centres de rétention. Intox du sortant habilement menée. Mais ce fut la seule.

Ce ne fut pas faut d’essayer. Sarkozy aligna en effet les affirmations qui firent le bonheur des fact-chekeurs:- il essaya de faire croire que la France était première de l’OCDE en matière d’encadrement des enfants alors qu’elle est dernière.

–  Il essaya de faire croire que la France était le pays le plus fiscalisé d’Europe derrière la Suède alors qu’elle est 7e.

-Il affirma qu’un fonctionnaire sur deux travaille pour l’éduction nationale alors que ce n’est qu’un sur 6.

-Il essaya de faire croire que la France était le seul pays du continent à avoir un imôt sur la fortune alors qu’il y a 5 ou 6, généralement florissants à l’instar de la Suisse ou de la Norvége.

-Coincé sur l’action de Bersluconi, qui a laissé une Italie très endettée, il tenta de même faire croire, contre toute évidence, que l’ancien premier ministre italien ne faisait pas partie de sa famille politique, lançant même un « vous n’être pas mon professeur » déjà utilisé lors d’un débat en 97 contre DSK…  

-Il tenta de faire croire que la centrale  de Fessenheim (que Hollande veut fermer et que jusqu’il y a peu la porte-parole de Nicolas Sarkozy affirmait vouloir arrêter) n’était pas en zone dangereuse alors qu’elle l’est…

Il est d’ailleurs à noter que si aucun des deux candidats ne fut très brillant sur la partie du débat consacrée à l’énergie, Nicolas Sarkozy se montra particulièrement mauvais, ignorant visiblement que l’hydroélectrique et non le solaire ou l’éolien,est la première énergie renouvelable, parlant d’indépendance énergétique grâce au nucléaire alors que l’uranium est importé du Mali et du Niger. Il évoqua le faible prix de l’énergie dans notre pays alors que cet hiver, la France a dut acheter à une Allemagne qui délaisse l’atome du courant 32 fois plus cher que le prix normal par faute de production suffisante…

Ps: pour ma part je remercie encore Erwann Gaucher et mes collégues débatteurs pour notre débat d’hier soir.

François Hollande, le candidat que j’ai choisi depuis des mois, est favori. Certes il serait surprenant qu’il arrive en tête au premier tour puisque le candidat sortant est le seul ou presque à droite, exception faite du modeste Dupont-Aignan et d’une fraction des partisans de Bayrou. et qu’il n’est jamais arrivé qu’un sortant, même battu comme le fut Giscard, ne soit devant au premier tour. François Hollande est par contre, pour l’instant,  le favori au second. Mais tant de travail reste à faire.

Ma position en faveur d’un candidat socialiste, qui plus est de la tendance sociale-démocrate, n’est pas une surprise. Mais il y a, au-delà des étiquettes, des raisons importantes pour moi de faire ce choix de rassemblement des français. Certains de mes ami(e)s vous en donné 17. D’autres vous ont 10 raisons de ne pas voter pour lui. François Hollande a, lui, un projet avec 60 propositions.

Je serais plus modeste j’en donnerais dans ce billet sept raisons à mon vote. Il y en a d’autres, bien d’autres mais il me faut résumer.

1-Je veux un pays plus uni. Les chefs d’entreprises, les fonctionnaires, les salariés du privé, les indépendants, les français de souche, ceux venus à la République plus tard dans la chronologie forment un pays. J’ai envie d’un pays où chacun soit respecté.

2-Je veux un pays plus solidaire. Je refuse l’assistanat mais je pense que ceux qui n’ont pas de chance dans la vie doivent être aidés à retrouver le chemin de l’espèrance et aux possibilités de s’assumer, dans lequel le travail ne sera pas plus pénalisé financièrement que le capital.

3-Je veux des territoires plus respectés. Lyonnais et attaché à ma ville, profondément européen, je suis aussi profondément républicain. Vivre en France, cela doit pouvoir dire espérer dans la France partout où que l’on vive.

4-Je veux un pays dynamique, où l’on puisse réfléchir, entreprendre, où la fiscalité soit moins pénalisante pour celui qui commence son aventure entrepreunariale que pour les grands groupes installés, où l’ont puisse travailler autrement si on le souhaite, où les PME soient soutenues dans leurs financements, où la recherche cesse d’être bradée, où internet ne soit plus un simple lieu de flicage en matière de politiques publiques mais un espace d’opportunités.

5-Je veux un pays sûr, dans lequel la sécurité soit assurée pour tous, dans tous les territoires de la République, où les effectifs de police ne soient pas une variable d’ajustement des politiques publiques, où les forces de l’ordres soient partout et pas seulement dans certains quartiers. Une France plus en sécurité, c’est aussi, comme le fait François Hollande, penser aux moyens de résoudre la question de la dette creusée.

6-Je veux un pays qui donne sa chance à chacun, en assurant une éducation de qualité et les possibilités à chaque enfant de France de pouvoir avoir les mêmes possibilités de destin par l’école, où le logement ne soit pas une pure spéculation financière.

7-Je veux un pays plus respectueux de l’environnement, où l’on encourage les énergies propres tout en préparant, dans le long et moyen terme, la transition énergétique.

ps: la campagne s’arrêtant bientôt je suis contraint de désactiver les commentaires sur ce billet

#1 Clip officiel de campagne de François Hollande par francoishollande

L’un des points essentiels du programme énergétique de François Hollande est d’amener  à un niveau de 20% de consommation d’énergie renouvelable d’ici 2020, soit un peu plus de 5 points de la production actuelle puis que notre pays soit sur les rails du 50% en 2050.
Il faut savoir que chaque année, la France importe pour plus de 69 milliards d’énergies diverses (électricité, pétrole etc…) . Sans ces imports notre balance serait équilibrée.

Le nucléaire, tant vanté comme un moyen d’assurer l’indépendance énergétique de notre pays, n’assure pourtant pas cette tâche: déjà parce que l’uranium est importé. Il provient notamment de pays aujourd’hui fortement instables comme le Niger ou le Mali.

Ensuite parce que l’hiver dernier en a été une démonstration éclatante de notre dépendance: La France a massivement acheté à prix d’or de l’énergie électrique à une Allemagne ayant pourtant une part de nucléaire bien inférieure à celle de notre pays dans sa production. Il est ainsi arrivé que des MwH soient achetés par les entreprises françaises de distribution à 1938 euros l’unité aux producteurs allemands en février alors que le prix normal se situe autour de 60 euros…

Le nucléaire n’est donc pas sans risque mais en plus il ne nous rend pas indépendant. Il faut donc solutionner le probléme et cela doit s’effectuer sur le long terme.

D’abord parce qu’on ne change pas en une poignée d’années le mix énergétique français. En 2010 par exemple 14,8% de la consommation d’énergie est issue des différentes filières du renouvelable.

Niveau production presque les trois-quarts de la production électrique actuelle française est nucléaire, la principale énergie renouvelable étant l’hydroélectrique (dont notamment les lyonnais de la CNR).

L’idée de François Hollande, conformément aux engagements déjà pris par la France, est de faire en sorte qu’en augmentant l’offre d’énergie renouvelable et en fermant la centrale de Fessenheim, obsolète, on arrive progressivement à une proportion moins forte de nucléaire et à davantage d’énergie verte.

Cela ne fera pas en un an ni même en un mandat mais il faut enclencher fortement ce mouvement. Il passe par la reconversion progressive des salariés du secteur nucléaire, la recherche et la mise en place d’une réelle politique en faveur des énergies renouvelables. Cette dernière action avait commencée à être mise en place par Nicolas Sarkozy, avec raison, avant d’être par la suite complétement abandonnée sous diverses pressions. Aujourd’hui il n’est hélas plus tellement question d’énergies renouvelables dans le discours du sortant.

Pourtant le courant vert est pris de plus en plus en compte par les industriels. Renault sort prochainement la Zoé, un véhicule fonctionnant avec une électricité certifiée durable. Contribuant ainsi, certes modestement, à réduire l’énergie que nous importons le plus: le pétrole.