• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Egypte, jupe, le puritanisme des obsédés contre les femmes

Mona Eltahawy, Caroline Sinz, Lara Logan autant de femmes journalistes ayant subi des agressions sexuelles en Egypte cette année, parfois avec la complicité active de centaines d’hommes. Les relations entre les sexes, très séparées par une société officiellement très puritaine, conduisent à des excès fréquents. Dans un pays qui s’est massivement voilé en vingt ans, femmes et hommes sont très séparés. Entrainant souvent, de part la puissance de l’interdit, une fascination malsaine. Dans certains quartiers du Caire, il n’est pas rare qu’une jambe un peu dénudée provoque des attroupements ou que les hommes profitent, plus qu’ailleurs, de la promiscuité des transports en commun pour se frotter aux passagères. Face à cette situation, des étudiants s’étaient mobilisés contre le phénomène. Le ministère du tourisme s’était lui aussi mis en action lorsque une étude avait révélé que 87% des égyptiennes interrogées et 98% des étrangères avaient été victimes de harcèlement sexuel. Les sociétés puritaines et réactionnaires  forment les pires obsédés. Ce n’est pas la victoire annoncée des frères musulmans qui va améliorer les choses.

Chez nous, c’est, comme ailleurs dans le monde, la journée contre les violences faites aux femmes. Mais aussi la journée de la jupe.  Ce dernier combat pourrait paraitre anecdotique mais il est devenu dans certain lieux fort difficile de porter une jupe sans être harcelée ou insultée. Ici comme en Egypte, il convient de lutter contre les détraqués sexuels qui sous prétexte de pudibonderie, bloquent sur les jambes des filles en voulant les enfermer.

photo