• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Gauche Forte | romainblachier.fr

Je vous invite à lire sur le site du Huffington Post la tribune que je cosigne ce jour avec les députés Yann Galut et Alexis Bachelay et la sénatrice Patricia Schillinger concernant la première année de la Présidence de François Hollande intitulée

ps: Je vous conseille aussi ce soir sur LCP de regarder le documentaire de mon copain Jérémy Sahel sur le 6 mai 2012.

Face aux menaces des extrêmes, La Gauche forte appelle les républicains à s’unir pour l’égalité.

Violences, appel au bain de sang et au coup d’Etat, harcèlement et violences, le mouvement de protestation contre l’égalité des droits entre tous les couples que l’on retrouve sous les dénominations variées de la « Manif pour tous », de « Civitas » et du «Printemps français » est passé de la protestation démocratique, légitime dans un pays de Droit, au harcèlement et à intimidation avec la complicité active ou passive d’une vaste partie de la droite.

Hier divisés, trop de militants de ces différentes nuances du refus du mariage pour tous communient aujourd’hui dans les mêmes actions brutales. C’est une journaliste attendue en gare pour être chahutée, ce sont des élus de gauche comme de droite ayant choisi de soutenir l’égalité entre les couples de même sexe qui sont harcelés au petit matin chez eux devant leurs enfants. Ce sont des brigades d’extrême-droite qui s’en prennent aux forces de l’ordre et attaquent les barrages afin de tenter de marcher sur l’Elysée ou les préfectures. Ce sont des appels au putsch.
Les agressions le week-end passé contre des homosexuels le montrent, cette situation amène à un climat d’homophobie particulièrement lourd.

Face à cela les leaders de l’UMP ne disent rien ou presque. Pire ils accusent le gouvernement de mener la politique sur laquelle il a été élu. Face à des prêtres intégristes en soutane qui prêtent leur concours par des prières sur la voie publique aux actions les plus virulentes on ne dit rien là sur la laïcité, traitée à deux vitesses par la droite.

On peut s’interroger sur la réaction des émules de Patrick Buisson si des imams avaient bloqué des rues pour manifester contre le gouvernement ou avaient conduit une émeute contre une journaliste dans une gare…

La Gauche Forte, si elle respecte le droit à chacun de manifester, condamne les violences, harcèlements et propos de haine entendus et vécus ces derniers jours et le soutien de la droite à ces comportements.

Elle sait aussi que nombre d’électeurs de la droite républicaine sont partisans du mariage pour tous et blessés de voir l’UMP fraterniser avec l’extrême-droite dans les actions coups de poing contre la représentation nationale. La Gauche Forte invite ces citoyens du tribord du cap républicain à rejoindre le gouvernail de la majorité dans ce combat pour l’égalité pour tous.

La Gauche Forte regrette également cette radicalisation de la société française et tiendra ce soir un colloque à ce sujet à l’Assemblée nationale pour travailler sur ce sujet.

La Gauche forte est un collectif de parlementaires, d’élus locaux et de militants défendant les valeurs républicaines, sociales et européennes de la gauche. Elle a récemment porté des propositions sur l’exil fiscal et entend porter avec fierté les valeurs de la gauche dans le soutien à la politique de progrès social responsable du gouvernement.

La gauche forte est une association politique toute récente rassemblant des socialistes et sympathisants et se battant contre le conservatisme dans la société française, pour soutenir le gouvernement, pour la justice territoriale, pour une fiscalité juste et équilibrée, pour l’Europe et la solidarité internationale, pour la République, la liberté et la responsabilité économique et entrepreneuriale , contre la pensée réactionnaire et l’extrémisme montant dans notre société… Elle a récemment proposé une loi contre l’évasion fiscale et la fraude.

Mardi ce sera la première conférence débat de la Gauche forte qui portera sur :

« La société française face à la montée des extrêmes : du constat aux réponses »

le Mardi 16 avril 2013 à 19h00

Assemblée nationale (126 rue de l’Université, 75007 Paris) – Salle Colbert

avec les interventions de

  • § Gilles FINCHELSTEIN, Directeur général de la fondation Jean Jaurès.
  • § Jérôme FOURQUET, Directeur du département Opinion publique de l’IFOP.
  • § Hervé LE BRAS, Directeur de recherches à l’INED, Directeur d’études à l’EHESS »

INSCRIVEZ VOUS – l’inscription est obliqatoire. Pour cela merci de nous communiquer vos Noms et Prénoms par mail à contact@gaucheforte.fr

On y parlera, actualité oblige, aussi exil fiscal et moralisation de la vie publique. L’entrée,sous réserve d’inscription préalable,est libre et gratuite.

Ces temps-ci, profitant d’un passage à Paris, je me suis rendu à l’assemblée générale de l’association la Gauche Forte présidée par Yann Galut, député du Cher, avec qui je me suis entretenu par la suite lors d’un tête à tête des plus enrichissants.

Une dizaine de parlementaires et de nombreux militants socialistes et sympathisants ont commencé à rejoindre le club.

Le nom, la Gauche Forte, peut interpeller.Il n’est certes pas sans poser question.

S’agit-il d’un simple décalque en réaction à la droite forte, le courant majoritaire de l’UMP, qui veut supprimer le droit de grêve pour certaines catégories de salariés ou obliger les musulmans et eux seuls à prêter serment à la République?

Ou encore d’une branche radicale et dure de la gauche?

Aucune des deux options ne me paratrait très tentante personnellement au vu de mes orientations.

Il n’est pas non plus question d’une énième écurie: la gauche forte est issue de composantes fort variées de la mosaique socialiste. Il est d’ailleurs tout à fait possible, de faire partie de l’association tout en gardant des activités dans d’autres clubs et sensibilités socialistes.

.Mais, les déclarations diverses faites par Yann Galut et son équipe, le pedigrée plutôt social-démocrate des participants ainsi que le manifeste pour une gauche forte publié hier dans le journal Libération sont clairs.

Il s’agit tout simplement, comme nous l’avions fait aussi dans la contribution « Dépasser nos Frontières » au derner congrès du PS, de faire le constat d’une gauche certes politiquement majoritaire mais d’un pays allant vers le conservatisme, la désunion, la droitisation sur un grand nombre de plans. Une société de defiance apparait avec un repli sur soi, un égoisme, une méfiance par rapport à l’autre, une paupérisation grandissante à la foi sur un plan économique mais aussi intellectuel.

En témoignent de récents sondages, qui si ils ne font pas toujours preuve d’une méthodologie des plus rigoureuses, démontrent une tendance et posent des questions.

Face à cela la gauche ne sait pas toujours expliquer, ne sait pas toujours redonner du sens à ses politiques.

La gauche forte veut ainsi regrouper des membres du PS et des sympathisants désireux d’agir. Dans quel sens? Explication.

Débattre, expliquer, progresser, combattre, agir

Le travail de la gauche forte, qui m’a intéressé à plus d’un titre est celui-là: porter les valeurs de la gauche au pouvoir, ramener de la politique là où elle n’est paradoxalement plus assez présente, noyée parfois dans les technocraties (les premiers temps du mouvement des pigeons et de la taxation des plus values ont été à ce titre éclairantes sur certaines carences) , combattre la tentation réactionnaire qui existe dans notre pays et y riposter, s’occuper du sociétal comme du social sans les mettre en concurrence, libérer les territoires, être sur le terrain irl et sur les espaces numériques, penser à la fois la solidarité et l’entreprise.

Voila sans doute un programme des plus appétissants et qui plaira, je n’en doute pas, à nombre de femmes et d’hommes de gauche venus d’horizons les plus divers. Un réseau qui ne peut que grandir à travers le territoire.