• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Des Yabon Awards 2012 particuliérement discutables… | romainblachier.fr

La livraison 2012 des Yabon Awards, trophées dénonçant théoriquement le racisme et les discriminations, est particuliérement discutable et sentent davantage le réglement de compte et une certaine vision de la laicité qu’un objectif de vivre ensemble.

 Cette année, comme depuis quelques temps, l’association les Indivisibles présidée par la chroniqueuse de Canal Plus Rokhaya Diallo (par ailleurs membre d’un comité contre le soutien à Charlie Hebdo face aux incendiaires du journal) a décerné des trophées (les Yabon awards) aux personnalités jugées comme s’étant distinguées particuliérement par leur racisme.

A la base on ne peut être que pour cette initiative visant à dénoncer le racisme et les discriminations.On aurait aussi pu penser qu’en ce jour où un tueur sinistre avait endeuillé des familles, en cette année où Claude Guéant a passé son temps à stigmatiser les civilisations, où les députés Lionnel Lucas et Philippe Meunier ont proposé l’interdiction de la double nationalité, où Guerlain (certes déjà lauréatl’année passée) a de nouveau vomi sa haine, où un responsable du FN a demandé l’expulsion du français Omar Sy,où Jean-Marie Le Pen a plusieurs fois franchi la ligne jaune,  l’un d’entre eux remporterait un prix. On aurait pu penser à ces boites où l’on demande aux employés magrébins de prendre des pseudos blancs de blancs comme lauréats.

Que nenni, les lauréats de ce jury ont décerné des prix notamment à Christophe Barbier et à Caroline Fourest. Oui vous lisez bien, pour les indivisibles, les deux pires racistes de l’année en ce jour de deuil causé par un assassin d’enfants juifs, sont ces deux la.

Qu’est-il reproché à ces deux journalistes ? On peut certes trouver Christophe Barbier agaçant. Etre en opposition avec lui. Mais lui dénier le droit de contester le choix de certains Quick de ne servir que des menus hallal est pour le moins lui dénier une liberté d’expression qui n’a rien à voir avec la discrimination. Ou alors faut-il considérer que le Giant quand il est hallal est un être humain ? Même les antispécistes les plus radicaux ne vont pas jusque là.

Passons à Caroline Fourest: Celle-ci, pour avoir, entre plusieurs enquêtes sur les réseaux de catholiques intégristes, souvent d’ailleurs des plus xénophobes, parlé de la mouvance islamiste en France et de certaines pratiques de quelques uns de ses membres, réactionnaires et luttant contre le droit des femmes, s’est tout de suite fait traiter d’antimusulmane par ceux qui, volontairement ou non, confondent la religion musulmane et l’islamisme radical et les mettent sur le même plan. La journaliste a pourtant toujours pris garde de ne pas commettre d’amalgames regrettables et a souvent dénoncé la haine des musulmans par l’extrême-droite. Peine perdue, ses adversaires ont créé la confusion à sa place.

Cette fois, c’est pour avoir considéré comme anormal qu’un gymnase aie pu être prété à une association afin d’organiser un tournoi non mixte afin d’organiser une récolte de fond pour une association proche du hamas.Qu’on ne sache pas que critiquer une collecte de fond, le hamas ou du basket constituent une discrimination.

Caroline Fourest a raison de porter plainte. Hier, en affublant, lors d’une soirée mondaine, du qualificatif infame de raciste, celle qui a été menacée à la fois par les islamistes radicaux et par l’extrême-droite, le tout pendant que des familles pleuraient leurs enfants assassinés, les Yabon Awards et les membres très people  de leur jury ( Florence Aubenas (journaliste), Jean Baubérot (sociologue), Abdelkrim Branine (journaliste), Sébastien Fontenelle (journaliste), Faïza Guène (romancière-réalisatrice), Nacira Guénif-Souilamas (sociologue), Olivier Le Cour Grandmaison (historien), Jalil Lespert (comédien/réalisateur), Alain Mabanckou (romancier), Aissa Maïga (comédienne), Frédéric Martel (journaliste/écrivain), Mokobé (rappeur), Gilles Sokoudjou (président du jury), Maboula Soumahoro (civilisationniste), Youssoupha (rappeur)) se sont déshonorés. 

Le racisme, la discrimination, la haine contre les uns et les autres en fonction de leur origine ou de leur religion est une chose trop grave pour le laisser à des fantaisies mondaines. Qu’on puisse émettre des critiques à l’endroit des intégristes de tous poil, chrétiens, juifs, musulmans, en toute liberté est un fondement de la république. Ceux qui confondent les intégristes, les croyants et le racisme ne rendent service qu’aux premiers. Et oublient les vrais racistes. Ceux de Toulouse et de Montauban par exemple.