• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

A l’université du MEDEF 2

Deuxième jour, où il est aussi question de la république des blogs d’hier soir, de Evry, de cathos réacs et sympas, de foi et de yaourt.Et ça bougera toute la journée.Revenez souvent!

11H31 Problème de wifi résolu.Je suis sous la grande tente en pléniére pour l’atelier sur le capitalisme à but non lucratif.Ce matin était plus spirituel, avec un atelier sur la priére.Comme j’étais off-line, ben je le mettrais en ligne un peu plus tard.Pour l’instant je suis dans un coin versl es cabines de traduction avec un Erick Roux de Bezieux qui live-blog vraiment lui.Il est sérieux ce garçon.TIens à propos de Roux de Bezieux, j’ai pas coupé le petit bout du début de ma vidéo sur Collomb hier.C’est plus sympa comme ça.Par contre montez le son, j’ai eu la flemme de faire un boulot sur le volume!

Gérard Collomb au MEDEF from romain blachier on Vimeo.

Riboud (Danone) nous a parlé de la noble mission de sa société, qui est non pas, croyez vous de faire du profit (ce qui n’a rien de honteux) mais d’apporter la santé aux gens! Je suis méchant, la problématique qu’il a évoqué, du fait de rendre son produit financiérement accessible au plus grfand nombre dans les pays où seule une classe moyenne peuvent se les payer est interessante mais gagnerait à être vraiment suivie d’effet.Les consommateurs camerounais le savent bien, le yaourt de M.Riboud n’est pas à la portée de la ménagére moyenne au pays de Roger Milla…Plus claire est son propos sur son fond d’investissement éthique, où Danone est l’un des rares acteurs français à avoir quelque chose de conséquent sur la table en la matiére, Danone Communauties.Intervention un peu convenue, mille fois entendue, sur le micro-crédit d’une intervenante dont je n’ai pas saisi le nom.Regarder les plaquettes pédagogiques sur le sujet et repompez pour avoir une idée de l’intervention.

Bébéar (AXA) nous fait un petit tour des mutuelles, des coopératives etc… en parlant de leur déclin, à cause d’une motivation en baisse.Il consdiére que ce capitalisme non-lucratif est intéressant pour faire émerger de nouveaux marchés mais qu’une fois arrivé à maturité, c’est au capitalisme traditionnel de reprendre le flambeau.Bosser pour moi les petits? Non le patron d’Axa assez familier du combat contre la sécu et les mutuelles plaide pour sa chapelle, celle de l’assurance classique.Fin sur un plaidoyer pour la solidarité, je commence à avoir un petit espoir mais non, Bébéar oppose classiquement la solidarité nationale à celle qui pourrait être octroyée au bon vouloir des entreprises…Décevant et trop classique.On a vu mieux comme discours au sein de l’université d’été.

Mal de bide, trop de café

Mathieu Ricard (Moine bouddhiste tibétain):Evoque la fameuse notion de bonheur national brut initiée par le Bhoutan.La notion peut avoir l’air absurde.Et pourtant les suicides, les dépressions ont pourtant un impact et vont en grandissant.Pour le reste, classique (décidément) sur le couplet « Il faut être plus altruiste et changer sa personne c’est changer le monde.

Zut j’arrive pas à monter le son sur la vidéo de gégé…

Intéressante vidéo en anglais de M.Yunus, prix Nobel de la paix et partenaire de M.Riboud à la fondation Danone.Comme les intervenants ont pas lu les sous-titres (pas du bon coté de l’écran), ben Beytout les interviewe pas…Ben et alors?Et le niveau d’anglais quand on est global leader?

Gil Delannoi (politilogue) part sur la distinction capitalisme/libéralisme.Gros potentiel, bien que souvent abordée, la différence est mal connue! Si le libéralisme est par nature plural, tel n’est pas le cas du capitalisme, formidable force de production et terrible source d’inégalités.

bon y’a des questions de la salle mais j’ai faim…

13H34 lateau-repas et promenade au sein d’une université d’été où il est pas mal question du RSA.Les échos titrent « La méthode Sarkozy,un probléme-un impôt ».Le président de la république a décidé de financer l’aide au retour à l’emploi des Rmistes par un pélévement de 1,1% sur les revenus du capital.Assez modeste quand on connait les volumes du paquet fiscal mais voilà une mesure du gouvernement et de Martin Hirsch qui est intéressante.Et pour une fois, le gouvernement qui est l’un de ceux qui a le plus légériféré contre la valeur-travail aurait la possibilité de faire quelque chose d’intéressant pour ramener les plus précaires dans le monde salarié.SI nombre d’entrepreneurs comprennent la logique, le MEDEF s’est montré dubitatif.Dire comme Bébéar que la générosité doit être au bon vouloir des entreprises est une chose, en faire réellement par sa contribution à la société en est une autre! Et pour la peine, la vidéo de Marin Hirsch n’a pas été diffusée lors de l’atelier de fin de matinée…Vilain Martin Hirsch.1,1% ce serait une mesure socialo-communiste a même dit un responsable ministériel UMP…Salle des bloggeurs plutôt Neuilly que Cergy, plutôt mocassin à gland que baba-cool,même si d’autres profils sont là.Devant moi une demi-douzaine de militants de l’UNI, la droite universitaire, mettent à jour leur site…Ils ont l’air bien introduits chez les chargés d’organisation du MEDEF, dont nombreux il est vrai, sont les communicants issus des campagnes de Sarkozy.

J’ai envie de faire le compte-rendu de la République des Blogs de Paris d’hier à laquelle je suis passé mais j’ai un peu la flemme.Allez je vais plutôt faire une vidéo seesmic pour résumer la chose.

.Hops république des blogs Paris aout 2008

15h:M.Ghannouchi, Premier Ministre Tunisien fait le VRP pour son pays et le fait bien.Insistant sur la francophonie, les liens entre la France et la Tunisie, il rappelle que c’est chaque année presque un million et demi de français qui visitent son pays et que 600 000 tunisiens vivent sur notre sol.Intéressant parcours des réformes en terme de structure et d’éducation.Une chose m’a interpellé,c’est la création du bac pro tunisien, qui semble avoir plus de possibles que notre version française.Il est en effet possible de pouvoir suivre des filières d’ingénieur avec ce diplôme en poche.Allez dire celà à nos frileux responsables de grandes écoles et DRH en France!A la fin Parisot a voulu le féliciter pour la médaille d’or de la Tunisie aux JO mais ne se souvenait visiblement plus du nom de l’athléte ni de la discipline…Florence la réponse est là.Ah sinon dans la question personne n’a posé de question sur les droits de l’homme.Trés Sarkozy-in-China style!

15h34:Pas trés tenté par les ateliérs de cet après-midi et puis j’ai promis de retranscrire l’atelier sur la foi.Bon je me trouve quand même dans l’atelier énergie…Allez je m’y met.L’atelier en question est nullissime et général au possible.Une berceuse pour dormir sauf la réflexion d’un intervenant qui affirme qu’il n’y a plus aucun besoin de subventionner l’éolien,celui-ci étant désormais rentable.

Je vais va donc retranscrire plutôt « Dieu pour appui et la priére pour levier »de ce matin.Pas mal de monde pour l’heure, 8h30, matinale pour ce genre de manifestation.Je trouve trés intéressant que l’organisation patronale n’aie pas esquivé la question de la foi dans le monde du travail, que ce soit pour les entrepreneurs ou les travailleurs.

 Les intervenants sont:

  • Olivier Abel, professeur de philosophie à la Faculté libre de théologie protestante de Paris
  • Malek Chebel, anthropologue
  • Michel Coquillon, vice-président de la CFTC
  • Pierre Deschamps, président d’Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens
  • Daniel Farhi, rabbin
  • Fabrice Hadjaj, écrivain
  • Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman

Michel Coquillon est décevant, assez vague, esquive la question de la religion hors de l’entreprise .Evoque le rôle de la prière, qui nourri l’espérance.Assez classique il parle de crise de valeurs, difficulté de les faire vivre, de les mettre en oeuvre.Déjà vu… 

Olivier Abel: Le philosophe protestant parle de la période où on pensait, à la fin du 19e, que la religion allait automatiquement vers la tolérance, l’ouverture, qu’il y avait un sens de l’histoire.Aujourd’hui la religion est devenue un fait très culturel, très prégnant, quelque chose qui est un marqueur d’identité. On respecte plus le fait religieux et les rites que la foi et le témoignage.Il faut aussi faire attention au fait que le fait religieux n’est pas que culturel. Par ailleurs ne met plus la foi dans le travail comme étant dans la bénédiction divine.Aujourd’hui se dresse une nouvelle idole:La foi dans la créativité dans le travail, une religion de la créativité.A Dieu seul la gloire!

La prière fait partie de la parabole des talents, la gratitude, prendre un peu plus les choses comme une chance.Sur un plan pratico pratique, on a du souci lorsqu’on a du fanatisme dans l’entr,eprise, lorsqu’une pratique est dificilement compatible avec les autres, lorsqu’on renforce les choses sur les rites c’est qu’on doute de sa croyance profonde.AU lieu d’avoir peur de la foi, il faut faire appel à la foi.

Malek Chebel: Parle de son combat contre le voile qu’il trouve dogmatique alors que l’islam prêche le pragmatisme et le sens du réel.A longtemps demandé aux parents de filles voilées de ne pas laisser les femmes se heurter à la porte fermée de l’école.Il s’oppose aussi à ceux qui viennent de l’étranger precher sans connaître la réalité française.Le seul siècle qui a voilé les femmes est le XXe, au Moyen-Age on en parlait pas, y compris chez les théologiens les plus conservateurs.Dans le monde musulman, le combat contre le voile obligatoire existe.En UAE, des parents d’élèves ont attaqué juridiquement un directeur d’école pour que leurs filles  puissent avoir le droit de rentrer non voilées, la Tunisie et la Turquie sont plus restrictives vis à vis du fouloir islamique que la France etc…Entre l’école et le voile, le choix du musulman se doit d’être pragmatique, l’école.La différence du système scolaire avec l’entreprise c’est d’abord qu’il s’agit de mineures dans le premier cas.De plus, dans l’entreprise, le modus vivendi est possible car il s’agit d’une structure privée.Sur la question du recrutement, il y a une liberté:Mais il faut se poser la question quand on se fixe des règles, de refuser une musulmane juste sur le fait qu’elle porte le voile…

Nous essayons de vivre ensemble et certains prédicateurs essaient d’empêcher les musulmans de vivre ensemble avec les autres.On est mêmême pas sur que le voile soit vraiment inscrit dans le coran.Chebel ne considère pas le voile comme un signe d’islam alors que d’autres ne voient la musulmane  que voilée.Sur la prière, l »être humain est une parcelle infinie de Dieu,dont qu’on doit lui rendre, notamment en travaillant dans la religion et non dans la religiosité.Par exemple, en Islam les hommes et les femmes ne se touchent plus que depuis la révolution Iranienne.Pour ce qui est des difficultés du type refus de serrer la main d’une collaboratrice parce que femme faite par certains musulmans radicaux, Chebel considère qu’un élément important fait partie du panel des choses à demander lorsqu’on rentrer dans une boite: Accepter l’autre.

Daniel Farhi:Le judaisme est très attaché à la laïcité et à la république.Les juifs ont eu les mêmes droits que les autres seulement à la révolution française.Le Judaisme pose une question de disponibilité à l’employeur, car il comporte beaucoup de fêtes et parfois la question du casherout, qui sont pas toujours faciles à concilier avec l’entreprise.Il y a parfois troc de la part de certains employés Israelites:Je prends Noël et j’ai droit à Kippour. La foi est une valeur ajoutée pour l’entreprise caren embauchant un croyant on a affaire à quelqu’un qui va respecter des régles d’éthique.Mais la foi n’est pas une garantie en soi.Depuis longtemps les prophêtes ont mis en garde sur le décalage entre foi et pratique quotidienne.Il en reste que si le  patron veutdonner des valeurs morales à son action, la croyance est une valeur ajoutée.

 Fabrice Hadjaj:Attention à l’effet d’aubaine de certains patrons disent:On est croyants vous et moi, donnez-vous plus gratuitement à la boite.Au quotidien la prière existe de toute  façon, même si elle tiens parfois à des petits rituels (si je met tel caleçon je réussirai mon entretien etc…).Prier est demander quelque chose à Dieu.Est-ce qu’il faut s’abandonner à cette demande, ne rien faire pour qu’elle soit satisfaite?La prière est action avec confiance et non abandon total à la providence.Elle est un moyen de se donner à fond.La bonté de Dieu n’est pas de faire de nous des assistés,La joie qu’on peut avoir à aller travailler et voir les autres est aussi une forme de communion.La priére est là pour purifier notre regard…La grandeur de de l’homme, c’est d’avoir souci de la nature, des animaux.Dés que l’homme se pense comme créateur, il va considérer la nature comme un simple outil.

Pierre Deschamps:Estime important de garder un jour chômé, pour soi, pour penser.Maintien du dimanche.La prière est écoute de la parole de Dieu.La Bible est une richesse énorme et élargi paramètres décisions car Dieu nous veut libres. La religion n’a pas pour finalité d’amener des techniques de management.Mais , par exemple, l’actionnariat salarié est forcément dans les valeurs chrétiennes.

Voilà et puis à la fin je suis allé voir le protestant Olivier Abel (qui était persuadé qu’on s’était déjà vu et m’avait fait des signes de salutation pendant le débat, comme quoi les protestants se reconnaissent entre eux), qui a aimablement accepté de répondre à quelques questions.Mettez du son, promis je me remet à mixer le volume de mes vidéos bientôt.

Untitled from romain blachier on Vimeo.

18h45:Raté le début de l’atelier sur les médias.

  • Dominique Baudis, président de l’Institut du Monde Arabe
  • Nicolas Beytout, PDG du groupe Les Echos
  • Jean-Claude Dassier, directeur général adjoint de l’information, Groupe TF1
  • Rachida Dati, garde des Sceaux, ministre de la Justice
  • Guillaume Durand, journaliste, fondateur et président de GD Productions
  • Anne Lauvergeon, présidente du directoire d’AREVA (sous réserve d’agenda)
  • Ivan Rioufol, journaliste éditorialiste au Figaro
  • Michel Rocard, ancien Premier ministre et député européen
  • Alain Weill, PDG de NextRadioTV

    J’y suis arrivé en pleine prise de bec nerveuse entre Copé et un journaliste du Figaro, Copé accusant les journalistes de ne pas faire leur boulot.Je suis là pour l’essentiel:Rocard.Pas trés facile à comprendre pour une fois.Rappelle avec diplomatie ses prises de bec avec Guillaume Durand pendant la guerre du Golfe pour illustrer les limites de l’information, par exemple en temps de guerre.Ressemble en début d’intervention, pour une fois à sa caricature des guignols:Dur à comprendre, fatigué…mais monte en puissance et arrive à amuser la salle avec ses blagues.Evoque l’instantanéité de l’information, l’exigence médiatique, le fait que sans recul, sans info, les politiques sont incités à parler à chaud, trop vite pour la raison, pour une saine gestion politique.Danger de l’image, qui n’explique pas, ne fait que dans l’émotion.Enfin la grande concurrence améne au bruit qui tue l’info, qu’il faut dominer.Classique mais fin d’intervention très applaudie.

    Guillaume Durand exhibe un papier où quelqu’un lui demande si il est payé pour l’intervention, pour animer le débat et répond par la négative.

    Dominique Baudis est vieilli depuis son entrée à l’Institut du Monde Arabe.Il considère que les pouvoirs du CSA sont trop réduits.

    Le polo de l’université d’été me va bien.En plus y’a pas écrit MEDEF dessus donc c’est même portable lors de la prochaine manif contre le gouvernement.Ah si c’est écrit en petit, sur le côté.

    Copé demande de la mesure aux médias.Il semble chercher avec un certain manque d’adresse à faire du « parler vrai ».Il demande aux journalistes si ils ont la bonne manière de raconter les choses.Il déplore que la presse soit trop idéologique en France.Doit pas lire souvent la presse étrangère le Copé.Doit pas connaitre ABC et El Pais en Espagne, le Guardian et le Daily Mail en Grande-Bretagne…

    Rocard déplore que les groupes d’entreprise aient créé,en France,des journaux pour relayer leurs idées…coupé par Beytout qui lui dit que cela existe partout.Pour la première fois de ma vie je suis plus d’accord avec le second qu’avec le premier! Rocard déplore que le chiffre en politique, la statistique soit devenu quelque chose de peu vérifié par les médias.Prend l’exemple d’une fois en 1992, où il avait été accusé par Chirac d’avoir vidé les caisses de l’Etat sans vérifier les chiffres….aucun média n’accepta, malgré les statistiques officielles, de les publier, de démentir, de reprendre les faits…Guillaume Durand lui dit qu’il aurait du se méfier de son ancien copain de Sciences Po!

    Alain Weill, qui se sent visé par la remarque de Rocard sur les chiffres de 1992 renacle.Développe sur la sélection nécessaire des auditeurs au moment du direct sur les radios du groupe.

    Moment d’émotion lorsque Dassier exprime des excuses à Baudis pour le traitement à son encontre lors de ses déboires.Evoque la pression mise par internet sur les médias traditionnels.

    Petit apparté, il parait indirectement que je fous le bordel au pot de rentrée des jeunes actifs de l’UMP du Rhône, à cause de mes fautes d’ortographe (écrire vite et sans correcteur, c’est dur!) car Elodie Humeau m’envoie des corrections de faute au lieu d’aller boire le verre de l’amitié sarkozyste avec ses petits camarades vers un horizon bleu et vaillant.Mes fautes se font, sans le vouloir, militantes.

    Guillaume Durand se fait questionner sur le fait que la presse serait complètement à gauche et se fait moquer lorsqu’i dit que Le Monde n’est pas un journal qui défend une ligne de gauche sur tous les sujets.

    Roux de Bezieux fuit le lieu de l’université d’été, pressé de retrouver les joies de son 6e arrondissement favori.J’attend pour ma part la fin de l’atelier, je suis un bloggeur sérieux moi monsieur, la langueur aristocratique de cloche, trés peu pour moi!

    Copé conclu, encore une fois trés donneur de leçons dans le vide, très il-faut-que-la-presse-débatte-entre-elle.Creux.Dommage.

    Quand à moi, je me rentre à mes pénates.Merci de votre attention distinguée.

A l’université du MEDEF 2

Deuxième jour, où il est aussi question de la république des blogs d’hier soir, de Evry, de cathos réacs et sympas, de foi et de yaourt.Et ça bougera toute la journée.Revenez souvent!

11H31 Problème de wifi résolu.Je suis sous la grande tente en pléniére pour l’atelier sur le capitalisme à but non lucratif.Ce matin était plus spirituel, avec un atelier sur la priére.Comme j’étais off-line, ben je le mettrais en ligne un peu plus tard.Pour l’instant je suis dans un coin versl es cabines de traduction avec un Erick Roux de Bezieux qui live-blog vraiment lui.Il est sérieux ce garçon.TIens à propos de Roux de Bezieux, j’ai pas coupé le petit bout du début de ma vidéo sur Collomb hier.C’est plus sympa comme ça.Par contre montez le son, j’ai eu la flemme de faire un boulot sur le volume!

Gérard Collomb au MEDEF from romain blachier on Vimeo.

Riboud (Danone) nous a parlé de la noble mission de sa société, qui est non pas, croyez vous de faire du profit (ce qui n’a rien de honteux) mais d’apporter la santé aux gens! Je suis méchant, la problématique qu’il a évoqué, du fait de rendre son produit financiérement accessible au plus grfand nombre dans les pays où seule une classe moyenne peuvent se les payer est interessante mais gagnerait à être vraiment suivie d’effet.Les consommateurs camerounais le savent bien, le yaourt de M.Riboud n’est pas à la portée de la ménagére moyenne au pays de Roger Milla…Plus claire est son propos sur son fond d’investissement éthique, où Danone est l’un des rares acteurs français à avoir quelque chose de conséquent sur la table en la matiére, Danone Communauties.Intervention un peu convenue, mille fois entendue, sur le micro-crédit d’une intervenante dont je n’ai pas saisi le nom.Regarder les plaquettes pédagogiques sur le sujet et repompez pour avoir une idée de l’intervention.

Bébéar (AXA) nous fait un petit tour des mutuelles, des coopératives etc… en parlant de leur déclin, à cause d’une motivation en baisse.Il consdiére que ce capitalisme non-lucratif est intéressant pour faire émerger de nouveaux marchés mais qu’une fois arrivé à maturité, c’est au capitalisme traditionnel de reprendre le flambeau.Bosser pour moi les petits? Non le patron d’Axa assez familier du combat contre la sécu et les mutuelles plaide pour sa chapelle, celle de l’assurance classique.Fin sur un plaidoyer pour la solidarité, je commence à avoir un petit espoir mais non, Bébéar oppose classiquement la solidarité nationale à celle qui pourrait être octroyée au bon vouloir des entreprises…Décevant et trop classique.On a vu mieux comme discours au sein de l’université d’été.

Mal de bide, trop de café

Mathieu Ricard (Moine bouddhiste tibétain):Evoque la fameuse notion de bonheur national brut initiée par le Bhoutan.La notion peut avoir l’air absurde.Et pourtant les suicides, les dépressions ont pourtant un impact et vont en grandissant.Pour le reste, classique (décidément) sur le couplet « Il faut être plus altruiste et changer sa personne c’est changer le monde.

Zut j’arrive pas à monter le son sur la vidéo de gégé…

Intéressante vidéo en anglais de M.Yunus, prix Nobel de la paix et partenaire de M.Riboud à la fondation Danone.Comme les intervenants ont pas lu les sous-titres (pas du bon coté de l’écran), ben Beytout les interviewe pas…Ben et alors?Et le niveau d’anglais quand on est global leader?

Gil Delannoi (politilogue) part sur la distinction capitalisme/libéralisme.Gros potentiel, bien que souvent abordée, la différence est mal connue! Si le libéralisme est par nature plural, tel n’est pas le cas du capitalisme, formidable force de production et terrible source d’inégalités.

bon y’a des questions de la salle mais j’ai faim…

13H34 lateau-repas et promenade au sein d’une université d’été où il est pas mal question du RSA.Les échos titrent « La méthode Sarkozy,un probléme-un impôt ».Le président de la république a décidé de financer l’aide au retour à l’emploi des Rmistes par un pélévement de 1,1% sur les revenus du capital.Assez modeste quand on connait les volumes du paquet fiscal mais voilà une mesure du gouvernement et de Martin Hirsch qui est intéressante.Et pour une fois, le gouvernement qui est l’un de ceux qui a le plus légériféré contre la valeur-travail aurait la possibilité de faire quelque chose d’intéressant pour ramener les plus précaires dans le monde salarié.SI nombre d’entrepreneurs comprennent la logique, le MEDEF s’est montré dubitatif.Dire comme Bébéar que la générosité doit être au bon vouloir des entreprises est une chose, en faire réellement par sa contribution à la société en est une autre! Et pour la peine, la vidéo de Marin Hirsch n’a pas été diffusée lors de l’atelier de fin de matinée…Vilain Martin Hirsch.1,1% ce serait une mesure socialo-communiste a même dit un responsable ministériel UMP…Salle des bloggeurs plutôt Neuilly que Cergy, plutôt mocassin à gland que baba-cool,même si d’autres profils sont là.Devant moi une demi-douzaine de militants de l’UNI, la droite universitaire, mettent à jour leur site…Ils ont l’air bien introduits chez les chargés d’organisation du MEDEF, dont nombreux il est vrai, sont les communicants issus des campagnes de Sarkozy.

J’ai envie de faire le compte-rendu de la République des Blogs de Paris d’hier à laquelle je suis passé mais j’ai un peu la flemme.Allez je vais plutôt faire une vidéo seesmic pour résumer la chose.

.Hops république des blogs Paris aout 2008

15h:M.Ghannouchi, Premier Ministre Tunisien fait le VRP pour son pays et le fait bien.Insistant sur la francophonie, les liens entre la France et la Tunisie, il rappelle que c’est chaque année presque un million et demi de français qui visitent son pays et que 600 000 tunisiens vivent sur notre sol.Intéressant parcours des réformes en terme de structure et d’éducation.Une chose m’a interpellé,c’est la création du bac pro tunisien, qui semble avoir plus de possibles que notre version française.Il est en effet possible de pouvoir suivre des filières d’ingénieur avec ce diplôme en poche.Allez dire celà à nos frileux responsables de grandes écoles et DRH en France!A la fin Parisot a voulu le féliciter pour la médaille d’or de la Tunisie aux JO mais ne se souvenait visiblement plus du nom de l’athléte ni de la discipline…Florence la réponse est là.Ah sinon dans la question personne n’a posé de question sur les droits de l’homme.Trés Sarkozy-in-China style!

15h34:Pas trés tenté par les ateliérs de cet après-midi et puis j’ai promis de retranscrire l’atelier sur la foi.Bon je me trouve quand même dans l’atelier énergie…Allez je m’y met.L’atelier en question est nullissime et général au possible.Une berceuse pour dormir sauf la réflexion d’un intervenant qui affirme qu’il n’y a plus aucun besoin de subventionner l’éolien,celui-ci étant désormais rentable.

Je vais va donc retranscrire plutôt « Dieu pour appui et la priére pour levier »de ce matin.Pas mal de monde pour l’heure, 8h30, matinale pour ce genre de manifestation.Je trouve trés intéressant que l’organisation patronale n’aie pas esquivé la question de la foi dans le monde du travail, que ce soit pour les entrepreneurs ou les travailleurs.

 Les intervenants sont:

  • Olivier Abel, professeur de philosophie à la Faculté libre de théologie protestante de Paris
  • Malek Chebel, anthropologue
  • Michel Coquillon, vice-président de la CFTC
  • Pierre Deschamps, président d’Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens
  • Daniel Farhi, rabbin
  • Fabrice Hadjaj, écrivain
  • Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman

Michel Coquillon est décevant, assez vague, esquive la question de la religion hors de l’entreprise .Evoque le rôle de la prière, qui nourri l’espérance.Assez classique il parle de crise de valeurs, difficulté de les faire vivre, de les mettre en oeuvre.Déjà vu… 

Olivier Abel: Le philosophe protestant parle de la période où on pensait, à la fin du 19e, que la religion allait automatiquement vers la tolérance, l’ouverture, qu’il y avait un sens de l’histoire.Aujourd’hui la religion est devenue un fait très culturel, très prégnant, quelque chose qui est un marqueur d’identité. On respecte plus le fait religieux et les rites que la foi et le témoignage.Il faut aussi faire attention au fait que le fait religieux n’est pas que culturel. Par ailleurs ne met plus la foi dans le travail comme étant dans la bénédiction divine.Aujourd’hui se dresse une nouvelle idole:La foi dans la créativité dans le travail, une religion de la créativité.A Dieu seul la gloire!

La prière fait partie de la parabole des talents, la gratitude, prendre un peu plus les choses comme une chance.Sur un plan pratico pratique, on a du souci lorsqu’on a du fanatisme dans l’entr,eprise, lorsqu’une pratique est dificilement compatible avec les autres, lorsqu’on renforce les choses sur les rites c’est qu’on doute de sa croyance profonde.AU lieu d’avoir peur de la foi, il faut faire appel à la foi.

Malek Chebel: Parle de son combat contre le voile qu’il trouve dogmatique alors que l’islam prêche le pragmatisme et le sens du réel.A longtemps demandé aux parents de filles voilées de ne pas laisser les femmes se heurter à la porte fermée de l’école.Il s’oppose aussi à ceux qui viennent de l’étranger precher sans connaître la réalité française.Le seul siècle qui a voilé les femmes est le XXe, au Moyen-Age on en parlait pas, y compris chez les théologiens les plus conservateurs.Dans le monde musulman, le combat contre le voile obligatoire existe.En UAE, des parents d’élèves ont attaqué juridiquement un directeur d’école pour que leurs filles  puissent avoir le droit de rentrer non voilées, la Tunisie et la Turquie sont plus restrictives vis à vis du fouloir islamique que la France etc…Entre l’école et le voile, le choix du musulman se doit d’être pragmatique, l’école.La différence du système scolaire avec l’entreprise c’est d’abord qu’il s’agit de mineures dans le premier cas.De plus, dans l’entreprise, le modus vivendi est possible car il s’agit d’une structure privée.Sur la question du recrutement, il y a une liberté:Mais il faut se poser la question quand on se fixe des règles, de refuser une musulmane juste sur le fait qu’elle porte le voile…

Nous essayons de vivre ensemble et certains prédicateurs essaient d’empêcher les musulmans de vivre ensemble avec les autres.On est mêmême pas sur que le voile soit vraiment inscrit dans le coran.Chebel ne considère pas le voile comme un signe d’islam alors que d’autres ne voient la musulmane  que voilée.Sur la prière, l »être humain est une parcelle infinie de Dieu,dont qu’on doit lui rendre, notamment en travaillant dans la religion et non dans la religiosité.Par exemple, en Islam les hommes et les femmes ne se touchent plus que depuis la révolution Iranienne.Pour ce qui est des difficultés du type refus de serrer la main d’une collaboratrice parce que femme faite par certains musulmans radicaux, Chebel considère qu’un élément important fait partie du panel des choses à demander lorsqu’on rentrer dans une boite: Accepter l’autre.

Daniel Farhi:Le judaisme est très attaché à la laïcité et à la république.Les juifs ont eu les mêmes droits que les autres seulement à la révolution française.Le Judaisme pose une question de disponibilité à l’employeur, car il comporte beaucoup de fêtes et parfois la question du casherout, qui sont pas toujours faciles à concilier avec l’entreprise.Il y a parfois troc de la part de certains employés Israelites:Je prends Noël et j’ai droit à Kippour. La foi est une valeur ajoutée pour l’entreprise caren embauchant un croyant on a affaire à quelqu’un qui va respecter des régles d’éthique.Mais la foi n’est pas une garantie en soi.Depuis longtemps les prophêtes ont mis en garde sur le décalage entre foi et pratique quotidienne.Il en reste que si le  patron veutdonner des valeurs morales à son action, la croyance est une valeur ajoutée.

 Fabrice Hadjaj:Attention à l’effet d’aubaine de certains patrons disent:On est croyants vous et moi, donnez-vous plus gratuitement à la boite.Au quotidien la prière existe de toute  façon, même si elle tiens parfois à des petits rituels (si je met tel caleçon je réussirai mon entretien etc…).Prier est demander quelque chose à Dieu.Est-ce qu’il faut s’abandonner à cette demande, ne rien faire pour qu’elle soit satisfaite?La prière est action avec confiance et non abandon total à la providence.Elle est un moyen de se donner à fond.La bonté de Dieu n’est pas de faire de nous des assistés,La joie qu’on peut avoir à aller travailler et voir les autres est aussi une forme de communion.La priére est là pour purifier notre regard…La grandeur de de l’homme, c’est d’avoir souci de la nature, des animaux.Dés que l’homme se pense comme créateur, il va considérer la nature comme un simple outil.

Pierre Deschamps:Estime important de garder un jour chômé, pour soi, pour penser.Maintien du dimanche.La prière est écoute de la parole de Dieu.La Bible est une richesse énorme et élargi paramètres décisions car Dieu nous veut libres. La religion n’a pas pour finalité d’amener des techniques de management.Mais , par exemple, l’actionnariat salarié est forcément dans les valeurs chrétiennes.

Voilà et puis à la fin je suis allé voir le protestant Olivier Abel (qui était persuadé qu’on s’était déjà vu et m’avait fait des signes de salutation pendant le débat, comme quoi les protestants se reconnaissent entre eux), qui a aimablement accepté de répondre à quelques questions.Mettez du son, promis je me remet à mixer le volume de mes vidéos bientôt.

Untitled from romain blachier on Vimeo.

18h45:Raté le début de l’atelier sur les médias.

  • Dominique Baudis, président de l’Institut du Monde Arabe
  • Nicolas Beytout, PDG du groupe Les Echos
  • Jean-Claude Dassier, directeur général adjoint de l’information, Groupe TF1
  • Rachida Dati, garde des Sceaux, ministre de la Justice
  • Guillaume Durand, journaliste, fondateur et président de GD Productions
  • Anne Lauvergeon, présidente du directoire d’AREVA (sous réserve d’agenda)
  • Ivan Rioufol, journaliste éditorialiste au Figaro
  • Michel Rocard, ancien Premier ministre et député européen
  • Alain Weill, PDG de NextRadioTV

    J’y suis arrivé en pleine prise de bec nerveuse entre Copé et un journaliste du Figaro, Copé accusant les journalistes de ne pas faire leur boulot.Je suis là pour l’essentiel:Rocard.Pas trés facile à comprendre pour une fois.Rappelle avec diplomatie ses prises de bec avec Guillaume Durand pendant la guerre du Golfe pour illustrer les limites de l’information, par exemple en temps de guerre.Ressemble en début d’intervention, pour une fois à sa caricature des guignols:Dur à comprendre, fatigué…mais monte en puissance et arrive à amuser la salle avec ses blagues.Evoque l’instantanéité de l’information, l’exigence médiatique, le fait que sans recul, sans info, les politiques sont incités à parler à chaud, trop vite pour la raison, pour une saine gestion politique.Danger de l’image, qui n’explique pas, ne fait que dans l’émotion.Enfin la grande concurrence améne au bruit qui tue l’info, qu’il faut dominer.Classique mais fin d’intervention très applaudie.

    Guillaume Durand exhibe un papier où quelqu’un lui demande si il est payé pour l’intervention, pour animer le débat et répond par la négative.

    Dominique Baudis est vieilli depuis son entrée à l’Institut du Monde Arabe.Il considère que les pouvoirs du CSA sont trop réduits.

    Le polo de l’université d’été me va bien.En plus y’a pas écrit MEDEF dessus donc c’est même portable lors de la prochaine manif contre le gouvernement.Ah si c’est écrit en petit, sur le côté.

    Copé demande de la mesure aux médias.Il semble chercher avec un certain manque d’adresse à faire du « parler vrai ».Il demande aux journalistes si ils ont la bonne manière de raconter les choses.Il déplore que la presse soit trop idéologique en France.Doit pas lire souvent la presse étrangère le Copé.Doit pas connaitre ABC et El Pais en Espagne, le Guardian et le Daily Mail en Grande-Bretagne…

    Rocard déplore que les groupes d’entreprise aient créé,en France,des journaux pour relayer leurs idées…coupé par Beytout qui lui dit que cela existe partout.Pour la première fois de ma vie je suis plus d’accord avec le second qu’avec le premier! Rocard déplore que le chiffre en politique, la statistique soit devenu quelque chose de peu vérifié par les médias.Prend l’exemple d’une fois en 1992, où il avait été accusé par Chirac d’avoir vidé les caisses de l’Etat sans vérifier les chiffres….aucun média n’accepta, malgré les statistiques officielles, de les publier, de démentir, de reprendre les faits…Guillaume Durand lui dit qu’il aurait du se méfier de son ancien copain de Sciences Po!

    Alain Weill, qui se sent visé par la remarque de Rocard sur les chiffres de 1992 renacle.Développe sur la sélection nécessaire des auditeurs au moment du direct sur les radios du groupe.

    Moment d’émotion lorsque Dassier exprime des excuses à Baudis pour le traitement à son encontre lors de ses déboires.Evoque la pression mise par internet sur les médias traditionnels.

    Petit apparté, il parait indirectement que je fous le bordel au pot de rentrée des jeunes actifs de l’UMP du Rhône, à cause de mes fautes d’ortographe (écrire vite et sans correcteur, c’est dur!) car Elodie Humeau m’envoie des corrections de faute au lieu d’aller boire le verre de l’amitié sarkozyste avec ses petits camarades vers un horizon bleu et vaillant.Mes fautes se font, sans le vouloir, militantes.

    Guillaume Durand se fait questionner sur le fait que la presse serait complètement à gauche et se fait moquer lorsqu’i dit que Le Monde n’est pas un journal qui défend une ligne de gauche sur tous les sujets.

    Roux de Bezieux fuit le lieu de l’université d’été, pressé de retrouver les joies de son 6e arrondissement favori.J’attend pour ma part la fin de l’atelier, je suis un bloggeur sérieux moi monsieur, la langueur aristocratique de cloche, trés peu pour moi!

    Copé conclu, encore une fois trés donneur de leçons dans le vide, très il-faut-que-la-presse-débatte-entre-elle.Creux.Dommage.

    Quand à moi, je me rentre à mes pénates.Merci de votre attention distinguée.