Menu

Mon mail à mon (ex) présidente de groupe : 

Chère Anne.

Cela fait bien longtemps que je veux quitter notre groupe, désormais au service des seuls intérêts d’une ou deux personnes. Ton intervention pour le moins clanique à notre dernier conseil alors que le covid aurait du nous rassembler, m’a d’ailleurs stupéfait Je ne suis resté aussi longtemps dans notre groupe que par la pression d’une loyauté excessive qui n’a désormais plus lieu d’être. 👉Je ne voulais le faire ni pendant les municipales ni pendant cette période de confinement.
Je ne m’y sens pas à ma place notre élection en 2014 et ta désignation par Gérard Collomb comme présidente de groupe et encore plus depuis ces dernières années où j’ai failli déjà partir à plusieurs reprises. 

J’ai essayé de faire mon travail et, si j’ai voté plusieurs fois en dehors des consignes de notre groupe sur des dossiers liés à l’écologie et aux droits de l’homme, je pense être des conseillers de base du groupe qui ont le plus pris la parole en séance pour soutenir un certain nombre de points de vues sur l’environnement et le numérique. 

Je n’ai rien contre toi en tant que personne et je ne renie pas la qualité du travail de la majorité de la Métropole dans son alliance large allant des ex communistes au centre-droit en passant par EELV.

Mais le fonctionnement fermé du groupe sur un plan local, nos positions respectives et ton refus du dialogue sur des choses importantes comme tes choix nationaux sur le soutien au glyphosate et au combat contre les cyclistes, au rabotage des indemnités de chômeurs ou sur l’entrave à la liberté de manifester pour prendre 4 exemples sur lesquels je t’ai publiquement, y compris par voie de presse (ici par exemple ou encore ici et ailleurs encore) , interpellée, me montrent que nous n’avons plus les mêmes combats. 

Même si elle est symbolique pour quelques semaines ou quelques mois, je te prie par la présente de connaître ma démission de notre groupe et siéger en non inscrit.

Bien à toi

romain blachier, conseiller métropolitain

 Voici la retransmission du débat culture déroulé sur Zoom le 10 mai 2020 avec plusieurs artistes du théâtre, de l’audiovisuel et des musiques actuelles. Au coeur du débat🎙 , quelques réflexions sur :
➡️quel futur pour la culture après le #Covid19
➡️la place des artistes dans les écoles,
➡️comment chercher le public face aux salles de spectacle hyper sélectives,
➡️quelles pistes pour rassembler les différents talents ?

Débat Culture 10 mai 2020

▶️Comme promis, voici la retransmission du débat #culture fait sur Zoom le 10 mai 2020 avec plusieurs artistes du théâtre, de l'audiovisuel et des musiques actuelles. Au coeur du débat🎙 , quelques réflexions sur :➡️quel futur pour la culture après le #Covid19, ➡️la place des artistes dans les écoles,➡️comment chercher le public face aux salles de spectacle hyper sélectives,➡️quelles pistes pour rassembler les différents talents ?🙏Merci Mathieu Thill, Aurélie De Foresta, Elsa Aubert, Jérôme Laupies, Gaël Dubreuil, Eric Borgeot et Romain Blachier pour l'animation de ce débat. Vivement qu'on puisse en discuter de vive voix autour d'une bière ! 🍻🍻

Publiée par Meliponi sur Lundi 11 mai 2020

🙏Merci Mathieu Thill, Aurélie De Foresta, Elsa Aubert, Jérôme Laupies, Gaël Dubreuil, Eric Borgeot. Moi Romain Blachier je faisais l’animation de ce débat. Et à Marina pour avoir enlevé les passages qui laguaient sur internet.

En tant que Croate puis Yougoslave, puis de nouveau Croate, la poétesse Vesna Parun avait croisé deux guerres.

Elle savait donc très bien de quoi elle parlait quand elle disait qu’il est “amer d’être humain quand l’humain et le couteau sont frères”.

Selon Reporterre, l’observatoire de l’environnement sonore de la métropole lyonnaise Acoucité a noté une baisse de niveaux sonores entre “4 dB et 6 dB pour les stations où la source sonore prédominante est le trafic routier” – soit une diminution de 60% à 75% de l’énergie sonore.

Cela laisse songeur sur le poids de la pollution sonore sur nos vies. Que la ville génère par nature de l’activité humaine, et donc du son, c’est bien normal. Lyon n’est pas Naussac-Fontanes, charmante commune de 356 âmes en Lozère. Échanger avec ses amis, se déplacer, même en transports en commun, travailler, avoir des loisirs, se cultiver (pensée aux artistes et organisateurs d’événements artistiques durement touchés), construire, être tout simplement entre humains… Tout cela engendre du bruit.

Mais en toute chose il faut savoir se garder des excès. Être une métropole durable pour le bien-être de ses habitants, c’est aussi maîtriser le volume sonore, source de stress et de fatigue dans nos sociétés modernes. Il existe ainsi depuis plus de vingt ans un plan environnement sonore approuvé par toutes les forces politiques de la Métropole de Lyon, proposant par exemple de tenir compte du bruit dans le développement urbain. On ne peut que souhaiter, qu’à l’avenir, celui-ci soit encore renforcé.

La suite sur le site de Lyon Mag

Dimanche 10/05/2020 à 18h dans le cadre du projet des covideastes, nous organisons un débat culture aura lieu qui sur la page Facebook de Meliponi suite aux annonces du gouvernement et pour construire l’après.

culture à lyon et en Europe

Il y aura des gens de divers arts: théâtre, de la musique, des arts divers. Place des artistes, rôle de l’Etat, responsabilité des collectivités, initiatives à prendre et tout autre sujet qui vous plaira. N’hésitez pas à laisser vos questions en commentaire ou à envoyer un message si besoin ou envie d’intervenir. L’événement est ici.

CULTURE Il y a encore pas mal de flou dans les annonces qui ont été faites ce jour par la Ministre de la Culture et Emmanuel Macron. Il faut toutefois bien évidemment se réjouir de l’année blanche obtenue pour les intermittents du spectacle jusqu’en aout 2021 qui est un acte fort

Mais il faudra poser la question de l’effet pervers pour ceux qui avaient perdus leurs droits et qui ne pourront les rouvrir. Ou de ceux entrant dans la carrière, qui ne pourront pas les ouvrir 👈
Quand aux aides annoncées pour les festivals et les indépendants, même si les montants restent encore flous ou très modestes. Et au niveau local, je ne suis pas sûr que s’appuyer sur les régions, comme quand la notre est gérée par M.WAUQUIEZ, soit si une bonne idée.


De même la question d’envoyer les intermittents travailler dans les écoles ressemble parfois à de l’enrobage socio culturel. Difficile pour un ingé lumière d’aller donner un cours en CE1.
Bonne nouvelle par contre sur la commande publique mais il faudra préciser et concrétiser.
De même, qu’en sera-t-il, même si l’intention est louable, de la contribution des assurances pour les tournages (dont d’ailleurs il n’a été question que pour la cinéma et la télévision, quid des producteurs de contenus numériques) ?


On ne sait pas non plus pendant combien de temps, confinement ou pas, le covid-19, et d’éventuelles formes évolutives, vont continuer à constituer une menace sur notre Métropole et notre monde.

Cette période de coronavirus aura mis en avant bien des évidences qu’on ne voulait pas voir.Les inégalités d’abord, entre celles et ceux qui peuvent se permettre de télétravailler, et ceux qui sont obligés d’aller au contact. Entre ceux qui sont en chômage partiel, ceux qui sont en arrêt complet d’activité ou ceux qui continuent à 100%. Entre ceux qui peuvent se confiner dans leur grande maison de campagne dans le calme et le confort, et ceux qui sont à 6 dans 50 m2 et pour qui le degré de pénibilité est tout autre : ceux-là parfois sortent alors respirer en bas de leurs immeubles ou sur certaines places comme à La Guillotière, provoquant alors un vrai risque pour eux et les autres. Par ailleurs il y a aussi ceux, y compris à l’abri du besoin, sans difficulté aucune, qui ne respectent pas les règles communes, par flemme ou complotisme : si des images de quartiers populaires ont choqué, des vidéos de quartiers bourgeois/ou bobos ne sont pas moins édifiantes.

la suite

👉Des années au service des habitants du 7e et de la Métropole.👈

💙Après deux mandats d’élu au service du 7e arrondissement puis du 7e et de la Métropole il est temps pour moi de faire autre chose et de ranger mon écharpe tricolore.

D’ailleurs je n’ai jamais cessé d’avoir différentes activités, estimant qu’élu est une fonction et un honneur et non un métier. Mon métier, ma formation c’est la Culture mais c’est aussi aujourd’hui l’innovation, l’énergie renouvelable, le web. Des sujets passionnants et riches d’enjeux. Mais pas faciles à concilier avec un mandat, fut-il modeste. Il a fallu faire des sacrifices pour tout mener de front. Je ne serai pas sur les listes municipales et métropolitaines.

💙Cela m’a passionné de vous servir en tant qu’élu local, vous grands lyonnais, vous habitants du 7e. Dans un monde où la parole est souvent décrédibilisée et où être élu de proximité veut dire souvent être à portée d’engueulade, où la diffamation et l’invective est fréquente, surtout quand on se pique de réseaux sociaux, il faut avoir parfois la patience chevillée au corps. Mais c’est le prix à payer pour cet honneur qui est d’aider notre territoire à réussir. Merci de m’avoir permis de le faire. Merci aux acteurs culturels que j’ai pu croiser. J’espère avoir pu vous être utile au mieux de mes moyens. Ainsi que dans différents domaines les causes à Lyon, en France ou dans le monde auxquelles je crois.

🧡J’ai eu le plaisir de voir notre arrondissement, notre ville et notre Métropole évoluer grâce à notre énergie à tous dans tous les domaines: La Culture, l’Environnement, la Solidarité et bien d’autres domaines. Grâce à nous salariés, entrepreneurs, indépendants, jeunes, vieux, français de toutes origines, étrangers, hommes et femmes. Grâce aux lyonnais.

👍Et évidemment grâce à Gérard Collomb qui peut bien évidemment compter sur mon soutien dans cette campagne entamée à ses côtés comme je l’ai fait depuis de nombreuses années. Même si nous n’avons plus aujourd’hui exactement les mêmes idées. Notamment en matière d’écologie.

A toi !👉2020
A toi qui a passé l’année à faire vivre notre monde


A toi le gosse qui fouille dans les mines du Congo démocratique pour extraire le métal lourd indispensable au téléphone qui nous sert à poster nos selfies et à enrichir le board d’Apple et de Google.


A toi le Kurde si souvent trahi après tes combats courageux

A toi qui diffuses ton savoir dans l’éducation nationale où se forment tant d’enfances, à toi l’enfant harcelé dans la cours de récré, à toi qui a eu ton plus beau rendez-vous du lycée.

A toi la France ma patrie.A toi l’Europe mon avenir. A toi le monde mon pays.


A toi, chef, partenaire, client, étudiant, auditeur avec qui je travaille.

A toi qui travaille la terre en évitant la corde qui serre trop souvent le cou par désespoir de ceux qui nous nourrissent sous les quolibets bien-pensants d’autrui.


A toi citoyen que j’ai l’honneur de servir.


A toi le nouvel entrepreneur qui a laissé la lourdeur de la hiérarchie pour l’incertitude du chiffre d’affaire.


A toi la mère de famille seule de Lyon, de Pursat ou de Glasgow qui affronte le combat d’élever et de nourrir dans la dignité ses enfants


A toi le faux ami au couteau toujours planté dans mon dos quand je ne suis pas là. A toi le fou qui me bombarde, sous pseudo et parfois sous ordre.

A toi le haineux, le diffameur, en face et le plus souvent en hypocrisie.


A toi l’actionnaire qui sait ou qui ne sait pas qu’une boite c’est surtout des humains qui produisent sa richesse.


A toi qui à Hong Kong, au Chili, à Douala ou Taiwan montre que la démocratie c’est pas une valeur occidentale mais un besoin universel.


A toi l’Europe, balancée entre les agents russes, les ennemis intérieur nationalistes de gauche et de droite, les atlantistes ultras libéraux, les technos et les maussades pessimistes.


A vous mes enfants, qui passez si peu de temps avec votre papa qui vous aime et vous sacrifie trop souvent à ses combats.


A toi le chrétien foutu réprimé en Algérie, ghettoisé au Pakistan. A toi le musulman qui vit sa foi spirituelle en étant suspicionné sur l’Etat Islamique.

A toi le flic sur qui on chie et qu’on attaque après t’avoir embrassé après chaque Bataclan

A toi qui qu’on veut assigner à résidence identitaire, religieuse, sociale.

A toi qui m’en veux encore, parce que c’est confortable. A toi qui m’a ouvert la porte quand ça allait pas bien, à toi qui ne me connais que quand ça va pas trop mal.

A toi qui m’aime aujourd’hui, hier ou demain.

A toi le député, l’élu local, le Président, le militant d’un bord ou de l’autre, à toi qui t’engages dans cette activité compliquée qui est la politique.

A toi qui a été sur les ronds points, à toi qui assure la sécurité de ton magasin, à toi qui défend la vie de tes camarades dans ton syndicat sous les pressions et les insultes.

A toi à l’hôpital qui te bats pour la santé de tous.


A toi qui t’abstiens, à toi qui votes, A toi qui est ouvert. A toi qui est sectaire

.
A toi qui fait progresser la science et reculer l’obscurantisme, à toi qui fait respecter notre monde, à toi qui vend des peurs sur les catastrophes écologiques et à toi qui nie les dangers sur notre planète.


A toi qui m’apprécie, à toi qui me déteste, à toi surtout, bien plus nombreux, qui n’a pas la moindre idée de qui je suis.


A toi le lyonnais, à toi l’étranger, à toi la fille ou le gars de la Guille, de Gerland. A toi l’humain du bout du monde, de Taipei, de Douala, de Phnom Penh.


A toi qui fait métier des arts, de la danse, de la musique, à toi ma soeur et mon frère de combat et de Culture.


A toi l’humain.
Bonne année 2020.

Les fêtes de fin d’année, c’est toujours un moment multiple et contrasté qui se pare de milles visages.

🎄Celui des cadeaux et du plaisir de bouche.
Celui des enfants et du père noël.

🎄Celui de la famille, celle qui plait, celle qui ennuie, celle qu’on vit ou celle qu’on subi.

🎄Celui, certaines années, de la solitude parfois sauvée à la dernière minute. Et qui explique que tant d’entre nous se suicident en cette période.

🎄Celui du plan à trouver pour le nouvel an à la dernière minute. Ou du plan vraiment planifié. Ou du plan à choisir dans la multiplicité.

✝️Celui, pour ceux dont je suis qui savent que, bien plus qu’un chiffre record pour le mastodonte amazon, c’est d’abord, qu’on soit croyant ou pas, de la naissance d’une révolution radicale portée par un enfant nu dans une étable qu’il est question au départ. Et qui porte et portait un message de fraternité à faire vivre ensemble, dans nos familles mais aussi dans nos actions vis à vis de ceux qui souffrent ou qui sont seuls.

Bonnes fêtes à nous

Rencontre pour finir ce jour bien chargé pour projet de soutien à l’ONG culturelle Phare 

L’association offre un soutien aux enfants, aux jeunes et aux communautés environnantes par le biais de programmes de sensibilisation et d’engagement artistique, éducatif et social.

Elle forme et professionnalise aux métiers de la musique, des arts plastiques, du graphisme et circassiens. Elle assure un renouveau de la Culture diffuse également d’impressionnants spectacles de cirque. De nombreux artistes sont issus des formation culturelles et trouvent une activité dans ce domaine ensuite.